Côte d'Ivoire : Des praticiens en atelier de réflexion pour la prise en charge et l'encadrement de tout ce qui est santé mentale

Santé
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
cote-d-ivoire-des-praticiens-en-atelier-de-reflexion-pour-la-prise-en-charge-et-l-encadrement-de-tout-ce-qui-est-sante-mentale Une réflexion est menée sur la question de la santé mentale. (Ph: DR)

La Direction de la santé communautaire (DSC), en collaboration avec le Programme national de promotion de la médecine traditionnelle (Pnpmt) et le Programme nationale de santé mentale, a organisé ce mercredi 16 juin 2021 aux Deux-Plateaux Vallon, une rencontre d’échanges et de partage d’expériences sur l’approche d’intervention de la santé mentale en milieu communautaire et sur les stratégies de recherches de perdus de vue.

Ouvrant les travaux de cette rencontre, Dr Kadja Adjoba Françoise, Directrice de la Santé communautaire au ministère de la Santé, de l'Hygiène et de la Couverture maladie universelle, a indiqué qu'il s'agit de renforcer la collaboration entre les institutions intervenant dans le domaine communautaire et particulièrement avec les centres de santé non-conventionnelles notamment, les programmes nationaux de santé et la Direction de la santé communautaire (DSC). « Je souhaite que cette rencontre soit un point de démarrage et qu'on puisse, dans les jours à venir, discuter sur la prise en charge et l'encadrement de tout ce qui est santé mentale en collaboration et de façon très conjointe avec tous les acteurs. Notamment la médecine traditionnelle, le Programme national de santé mentale et aussi tous les partenaires de mise en œuvre et les partenaires techniques et financiers », a-t-elle mentionné. Dr Kadja a informé que sur 10 personnes, environ 7 à 8 personnes se tournent toujours vers la pratique de la médecine traditionnelle, avant de fréquenter un centre de santé.

M'Ba Matthan, support chef de mission de Médecin sans frontière (Msf) a, au nom des partenaires qui appuient le projet, salué l'initiative de cette rencontre.

L'atelier sera l'occasion de partager l’expérience du projet Samentacom aux acteurs de la santé communautaire et de la médecine traditionnelle ; de partager les expériences des différentes institutions (Dsc, Pnpmt, Pnsm, partenaires techniques et financiers) en matière d’interventions communautaires impliquant les acteurs de la santé mentale ; de mener une réflexion sur les différentes approches de collaboration entre les différentes institutions pour une meilleure réponse aux problèmes de santé mentale des populations dans la communauté et de partager les stratégies de recherche de perdus de vue mise en œuvre dans le cadre de quelques programmes nationaux.

450 millions de personnes dans le monde, faut-il le noter, souffriraient de maladie mentale et d'épilepsie. Le constat est que la majorité des personnes ayant des problèmes de santé mentale s'orientent vers la médecine traditionnelle avant de se présenter aux services de santé conventionnelle. En Côte d'Ivoire, on note l'absence d'un cadre législatif et réglementaire et d'insuffisance de soins de santé mentale en première ligne.

Irène BATH