Avortements illégaux en Côte d’Ivoire : Près de 300 000 cas dont 228 000 enregistrés en milieu scolaire chaque année

Publié le
avortements-illegaux-en-cote-d-ivoire-pres-de-300-000-cas-dont-228-000-enregistres-en-milieu-scolaire-chaque-annee
Santé

En Côte d’Ivoire, près de 300 000 cas d’avortements illégaux sont faits par an. Le milieu scolaire détient le triste record de cette pratique avec 228 000 cas par an.Mil

Les chiffres sont alarmants. En Côte d’Ivoire, le nombre d’avortements illégaux s’élève à près de 300 000 chaque année, dans des conditions dangereuses pour la santé. Les jeunes filles qui mettent prématurément fin à leur grossesse sont pour la plupart des élèves. En effet, selon l’Ong Médecins du Monde, elles représentent 76% des cas d’avortements illégaux, soit 228 000 cas enregistrés en milieu scolaire.

Une autre étude de Pma 2020 (Performance Monitoring and Accountabilty) visant à produire des indicateurs de l’incidence et des conditions de recours à l’avortement en Côte d’Ivoire, donne des chiffres inquiétants. Selon cette étude, 4 à 5% des femmes en âge de procréer ont fait un avortement potentiel dans les 12 mois précédant l’enquête, soit 210 000 et 288 000 cas d’avortements par an en Côte d’Ivoire.

Les causes de l’avortement illégal sont multiples. Il y a le déni de grossesse par le partenaire, le manque de moyens financiers, le poids des normes sociales…

En Côte d’Ivoire, l’avortement est puni par le code pénal en son article 366 et prévoit 1 à 5 ans d’emprisonnement et une amende de 150 000 francs cfa à 1 500 000 francs.

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.