Corruption dans les hôpitaux : Plusieurs agents sanctionnés, voici leurs noms et les motifs

Publié le Modifié le
corruption-dans-les-hopitaux-plusieurs-agents-sanctionnes-voici-leurs-noms-et-les-motifs Des agents de santé écopent des sanctions
Santé

Le ministre de la santé, Pierre Demba est résolument engagé à assainir son département ministériel. Pour ce faire, il a lancé l’opération coup de poing dans le secteur de la santé. Laquelle s’est soldée par la sanction de plusieurs agents.

Des plaintes liées à la négligence des agents de santé ont été largement relayées et dénoncées sur les réseaux sociaux. Le ministère, après les enquêtes a épinglé 5 agents. Ce sont :

Des agents sanctionnés pour détournements de Malade et des médicaments.

Habib Ismaël Kalifa, Ambulancier au CHU de Cocody a été reconnu coupable de détournement de malade vers une clinique privée. Il est mis à la disposition de l’ANEHCI-LMO avec suspension de toutes les activités hospitalières.

M. Evariste Pierre Aristide NZI, infirmier à l’hôpital général de Koumassi et major de service d’hospitalisation médecine a été reconnu coupable de vente de médicaments parallèles à son compte. Il est suspendu pour 3 mois avec incidences financières.

Un agent épinglé pour manque de Leadership

M.Yrebé Gopré Roland, Directeur au Centre Hospitalier Régional d’Abobo est reconnu coupable pour manque de leadership ayant occasionné le détournement des payements des frais d’hospitalisation, le manque de dispositif d’accueil, et le non-respect des mesures de la gratuité ciblée. Il est relevé de ses fonctions et les responsables des services Gynécologique Obstétrique, laboratoire de biologie, bloc opératoire et accueil seront remplacés.

La prescription abusive, l’utilisation de circuits parallèles d’examen de laboratoire et la surfacturation constituent des délits

Dr Boro Yves Armand de la formation communautaire de Port-Bouët 2 (Yopougon) est reconnu coupable de prescription abusive et d’utilisation de circuits parallèles d’examen de laboratoire et de détournements de patients. Il est suspendu pour trois mois.

M. Yao Bi Dje, Président du Conseil d’Administration de l’AGEFOSYN Niangon est reconnu coupable de surfacturations. Il lui est infligé un avertissement.

Relevons que, ses sanctions émanent du manquement à leur service. L’on se souvient des pleurs du Cyberactivistes Seny Krangba, qui a perdu l’une de ses connaissances, au motif de ne pas disposer des moyens pour les soins. De plus en plus, le cas du mauvais traitement des malades par l’indifférence de certains agents de santé est dénoncé. Ces sanctions sonnent comme un avertissement pour les agents véreux.

Carlos DOGBA