Santé : Voici l'application qui agit sur la santé mentale des enfants, la justice saisit

Publié le
sante-voici-l-application-qui-agit-sur-la-sante-mentale-des-enfants-la-justice-saisit TikTok un danger pour les enfants
Santé

Huit États américains ouvrent une enquête contre TikTok. Ils accusent l'application d'inciter les enfants à y passer toujours plus de temps, au détriment de leur santé mentale.

La justice américaine s’en prend à l’application chinoise TikTok. Le réseau social au milliard d'utilisateurs fait l'objet d'une enquête sur ses algorithmes et ses méthodes de marketing auprès des jeunes.

L’objectif de l’enquête

Mercredi 2 mars, une coalition de huit États américains (la Californie, la Floride, le Kentucky, le Massachusetts, le Nebraska, le New Jersey, le Tennessee et le Vermont) a annoncé le lancement d'investigations à grande échelle. Objectif : "protéger les enfants et de soutenir les parents", a assuré le procureur général de l’Etat américain du Vermont, Thomas Donovan.

Des effets "dévastateurs" sur la santé mentale

"Nos enfants grandissent à l'ère des réseaux sociaux et beaucoup ressentent le besoin de se mesurer à ces versions filtrées de la réalité qu'ils voient sur leurs écrans", regrette Rob Bonta, le procureur général de Californie, à l’origine de l’enquête. Nous savons que cela a des effets dévastateurs sur la santé mentale et le bien-être des enfants. Mais nous ne savons pas ce que les entreprises elles-mêmes savaient et depuis quand, a-t-il indiqué.

Instagram contient des risques accrus de dommages à la santé physique et mentale

Les premières recherches menées par les procureurs ont également montré que "l'utilisation d'Instagram est associée à des risques accrus de dommages à la santé physique et mentale des jeunes, notamment de dépression, de troubles de l'alimentation, et même de suicide", détaille Maura Healey, procureure générale du Massachusetts.

Les promesses de TikTok

De son côté, TikTok promet de "fournir des informations sur les nombreux mécanismes de sécurité et de protection de la vie privée que nous avons pour les adolescents", a déclaré son porte-parole. Et de poursuivre : "Nous sommes très soucieux de construire une expérience favorable au bien-être de notre communauté, et nous apprécions que les procureurs généraux se concentrent sur la sécurité des plus jeunes utilisateurs".

"Je ne crois pas que TikTok ait beaucoup de raisons de s’inquiéter", a commenté l’analyste Carolina Milanesi, de Creative Strategies auprès de l'AFP. "Ils vont devoir faire le même numéro que Meta, c’est-à-dire détailler leurs fonctionnalités pour la sécurité", mais "cela ne va pas avoir d’effet sur les usages".

Source : Santé Magazine