Côte d'Ivoire

Projet 250 000 poches de sang par an : Dr Konaté Seidou (CNTS) appelle à la mobilisation des populations

Publié le
projet-250-000-poches-de-sang-par-an-dr-konate-seidou-cnts-appelle-a-la-mobilisation-des-populations Le Directeur du CNTS, Dr Konaté Seidou
Santé

Le directeur du centre national de transfusion sanguine, Dr Konaté Seidou, a appelé, le mercredi 3 août 2022, à la mobilisation des populations pour atteindre l’objectif de 250 000 poches de sang par an.

Le directeur du Centre national de transfusion sanguine (CNTS), Dr Konaté Seidou, a lancé cet appel, le mercredi 3 août 2022, lors de la conférence de presse qu’il a animée, dans ledit centre à Treichville. A l’en croire, selon l’OMS, la Côte d’Ivoire a besoin d’au moins 250 000 poches de sang chaque année pour atteindre l’autosuffisance en produits sanguins.

« Cette situation d’insuffisance de sang a créé beaucoup de désagréments dans nos hôpitaux »

« Avant la date du 23 février 2022, nous étions, en 2021, autour de 160 000 poches prélevés par an, environ 13 000 poches de sang par mois », a-t-il rappelé, avant d’ajouter que « Cette situation d’insuffisance de sang a créé beaucoup de désagréments dans nos hôpitaux ».

Devant cette situation, le gouvernement ivoirien a décidé de renforcer les capacités des structures de transfusion sanguines aussi bien dans le cadre de l’amélioration de ces structures que dans l’acquisition d’intrants et de matériels.

« C’est ainsi que le 23 février 2022, en Conseil des ministres, il a été décidé d’octroyer une enveloppe budgétaire de 5 milliards de francs cfa au Centre national de transfusion sanguine dont 2,5 milliards au titre de fonctionnement, de l’acquisition des intrants, des fournitures pour sécuriser les produits sanguins et 2,5 au titre des investissements pour l’achat de matériels, la réhabilitation des locaux, l’achat de véhicules », a-t-il rappelé.

Il a tenu à souligner que le gouvernement a tenu sa parole en mettant ces moyens à la disposition du CNTS et Dr Konaté Seidou en a profité pour faire le bilan à mi-parcours. « On était à 13 000 poches par mois. Aujourd’hui, nous sommes à 20 000 poches par mois. Quand nous étions à 13 000 poches, nous couvrons à peu près 60% des besoins. Aujourd’hui, avec 20 000 poches, nous couvrons 80% des besoins », a-t-il souligné.

Il a fait savoir que « l’objectif n’est pas encore atteint, mais nous sommes sur la voie et nous pouvons l’atteindre ». « A la date d’aujourd’hui, nous sommes à plus de 100 000 poches au 6ème mois (fin juin). Nous sommes autour de 41% d’évolution de notre activité à mi-parcours. Nous devons atteindre les 250 000 poches à la fin de l’année », a-t-il insisté.

Les raisons du retard…

A l’en croire, le pays n’était pas à 50% de ses besoins en juin 2022 à cause de la lenteur dans la livraison de certains matériels et le mois de carême des musulmans en avril couplé du carême chrétien.

« Tout le monde était en carême et quand nos parents sont en carême, ils ne donnent pas le sang. On a fait une chute vertigineuse et on a commencé à avoir peur. Heureusement, après cette période, on a rebondi et nous sommes sur cette lancée jusqu’aujourd’hui », dit-il, optimiste.

Pour atteindre les 250 000 poches à la fin de l’année, il faut prélever autour de 22 000 poches par mois. C’est pourquoi il appelle à la mobilisation de la population à donner son sang.

« Nous sommes 29 millions aujourd’hui, ce n’est pas 250 000 poches qu’on ne peut pas avoir. Il faut qu’on communique là-dessus. C’est bien de dire ils ont volé du sang, mais c’est mieux de dire venez donner du sang parce que s’il y a suffisamment du sang pour nous tous, on ne va plus voler du sang », a-t-il dit.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.