Santé/Maladies cardiovasculaires et cérébrales : un spécialiste invite les populations à se faire dépister

Publié le Modifié le
sante-maladies-cardiovasculaires-et-cerebrales-un-specialiste-invite-les-populations-a-se-faire-depister Le Dr Paul-Emile Boris, directeur face à la presse.
Santé

Une journée porte ouverte à l’endroit de ses partenaires et de la population abidjanaise initiée par la polyclinique des 2 plateaux à Cocody, c’était le samedi 24 septembre 2022.

Les maladies cardiovasculaires et cérébrales, ou encore pathologies liées au mode de vie, étaient les sujets phares de cette rencontre animée par le Dr Paul-Emile Boris, directeur.

Dr Paul-Emile Boris invite les populations à se faire dépister

Dans son exposé, Paul-Emile Boris a tenu à tirer la sonnette d’alarme en attirant l’attention des Ivoiriens sur l’avancée rapide et effrayante de ces maladies en Côte d’Ivoire. Il a indiqué que « ces pathologies du mode de vie sont passées devant le paludisme comme les maladies comme les maladies cardiovasculaires, les pathologies oncologiques, les cancers ».

L’objectif de toutes ces innovations technologiques médicales permettre à la Côte d’Ivoire de devenir dans un futur proche, le hub régional dans l’offre des soins

Et ce, malgré les efforts consentis par le gouvernement pour doter la Côte d’Ivoire d’infrastructure sanitaire de pointe afin d’éviter que les Ivoiriens aillent se faire soigner à l’extérieur. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire possède le plateau technique sanitaire nécessaire pour une prise en charge de ces maladies, le véritable problème, à en croire le spécialiste, réside dans le dépistage précoce et une prise en charge des patients. Surtout qu’aujourd’hui un réseau de médecins a été créé afin d’avoir une uniformité sur le diagnostic effectué sur un patient.

« Si un médecin est confronté à une difficulté d’interprétation sur une radio ou un scanner, il a la possibilité d’envoyer les images à un collègue pour qu’il puisse sortir le diagnostic le plus précis possible, parce que notre pays était confronté à un problème de diagnostic », a-t-il rapporté. Dr Paul-Emile Boris a notifié que des avancées sont de plus en plus observées dans les protocoles médicaux au point qu’ « on peut avoir accès à des techniques non-invasives pour pouvoir déboucher des vaisseaux, ce qu’on ne faisait pas avant, ou pour pouvoir lutter contre les infarctus, les AVC et les anévrismes du cerveau ». L’objectif de toutes ces innovations technologiques médicales permettre à la Côte d’Ivoire de devenir dans un futur proche, le hub régional dans l’offre des soins.

Il a donc invité la population à effectuer de façon régulière des bilans de santé afin de bénéficier d’une prise en charge rapide dans le cas où elle serait atteinte d’une de ces maladies.