14 journalistes culturels formés à la critique du conte

Médias: Atelier de spécialisation


28/10/2013
Les organisateurs et formateurs, en compagnie des journalistes après la remise des diplômes
14 Journalistes culturels, issus de la presse écrite et de la radio, ont suivi du 18 au 19 octobre 2013 à l'institut Goethe, une formation de spécialisation sur le module ''Conte et médias''. Cette formation vise à outiller ces hommes des médias à la critique et à l'analyse du conte.

Cette initiative du Goethe institut et de la compagnie Naforo-Ba s'inscrit dans le cadre de la promotion du conte par les médias. Durant ces 2 jours de formation et d’échange, Binda N'Gazolo, conteur professionnel, metteur en scène, consultant et par ailleurs formateur à cette tribune, a entretenu les journalistes culturels sur les récits que sont le conte, l’épopée, la légende, le mythe et la fable. Dans les perspectives de la valorisation du conte par les médias, il a expliqué l'importance et la puissance du récit sur une personne et un groupe de personnes.

Aussi, a-t-il exhorté les journalistes à bien utiliser le récit quand il s'agira de porter des jugements de valeur sur les conteurs et leurs contes : «Comment voulez-vous qu'un journaliste qui ne peut pas décrypter un conte, qui ne sait pas faire la différence entre l’épopée, le mythe, la légende, puisse faire aimé le conte aux lecteurs, auditeurs et téléspectateurs, si lui-même ne maîtrise pas son sujet ?», a-t-il fait remarquer.

Au cours de ces échanges, les journalistes se sont imprégnés des récits afin de permettre aux populations modernes de se réapproprier le savoir des anciens, mais aussi de favoriser la propagande du conte par les médias, ces nouvelles technologies qui englobent tous les genres. Vu l'importance du récit dans le fonctionnement de l’environnement, Binda N'Gazolo a précisé que le récit est ''essentiel à l’éducation de l'humanité''. Ce module sur le thème ''Conte et Médias'', a permis aux professionnels de la communication de faire la différence entre le conte, l’épopée, le mythe, la légende et la fable. Pour mieux appréhender les spectacles de conte dans le souci d'une analyse et d'un jugement subjectifs et objectifs, N'gazolo a indiqué que l'on peut utiliser des métaphores pour illustrer les grands axes de la civilisation qui ont été formellement influencés par des récits.

Dans le mise en pratique de cet atelier, la question de référence était ''qui raconte l'histoire ? Le formateur a fait remarquer que le théâtre et le cinéma tirent leur source soit du conte, soit du mythe, de la légende ou de l’épopée. Binda N'Gazolo a indiqué que le conte est resté relégué au second rang, parce qu'ils ont le privilège de cohabiter avec les médias, un puissant facteur de propagande. Au terme de ces deux jours de formation, les journalistes ont tous reçu des diplômes. Ils ont assisté au spectacle de clôture de cette 3e édition du conte au Goethe institut.

Christian Guehi ( STG)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

1 | 2

 

Videodrome