Gagnoa / scandale à la mairie : Deux femmes pour un homme dans la salle de mariage


24/12/2013
Une affaire bien cocasse s'est produite dans la salle de mariage de la mairie de Gagnoa. Un homme, en la personne d'un employé de boulangerie répondant aux initiales de B.N, s'est retrouvé pris entre deux femmes.

Les faits se sont produits dans le courant du mois de novembre 2013. A en croire, en effet, nos sources, cela fait une décennie que le boulanger et dame D.L, vivent en concubinage. Et leur foyer semble tranquille. Mais comme bon nombre d'hommes enclins aux escapades amoureuses, B.N entretient un « deuxième bureau » à l'insu de sa femme. Mais vraisemblablement, cela est financièrement contraignant.

Alors, à coup de bagout, l'employé de boulangerie réussit à convaincre sa femme d'accepter que sa maîtresse, répondant aux initiales de T.C, intègre leur toit. Avec désormais deux femmes dans son « lit », B.N semble comblé. Mais à la vérité, l'homme a un plan secret. Celui de faire de l'une de ses concubines, son épouse légale. Et c'est dame T.C, au détriment de celle qui trime avec lui depuis une dizaine d'années, qui est son élue.

En catimini, lui et cette dernière, mènent les démarches administratives, jusqu'à ce que leur dossier soit prêt. Le jeudi 21 novembre 2013, est la date arrêtée pour le mariage civil. Et, ce jour-là, B.N fait mine de se rendre à son boulot comme les autres jours. Mais avant, il file un billet de 5 000 F Cfa à dame D.L, sa concubine, roulée dans la farine. Il lui demande de concocter un bon plat de « foutou » à la sauce graine, qu'il va déguster une fois de retour du job. En fait, c'est pure diversion, pour simplement la confiner à la maison.

Le temps pour lui de célébrer son mariage civil avec sa tendre T.C. qui d'ailleurs, usant de subterfuges, quitte le domicile conjugal pour le rejoindre à la mairie en toute discrétion. Mais à la vérité, dame D.L était au parfum de tout. Et au moment même de la célébration du mariage, c'est en rogne, qu'elle débarque dans la salle et crée tout un scandale à l'étonnement de tous. Mais le boulanger, déterminé à mettre la bague au doigt de dame T.C, parvient à faire maîtriser la situation. Et mieux, à célébrer son mariage dans une atmosphère des plus délétères, sans que la mère de ses enfants ne parvienne à l'en empêcher.

Au sortir de ce scandale, nous réussissons, pour notre part, à rejoindre le boulanger sur son lieu de travail, pour en savoir un peu plus sur son attitude. L'homme, amer, explique : « Ça fait 6 ans qu’on me traîne dans le noir. J’ai tout fait pour que dame D.L et moi soyons mariés. Mais à deux reprises, ses parents ont refusé de prendre la dot. Et même, chaque fois que je parlais de mariage avec D.L, elle esquivait, me faisant croire qu'elle n'était pas être encore prête. Et pourtant, moi je tenais à mon baptême chrétien et à mon mariage chrétien. Et pour y parvenir, tous les bons chrétiens savent qu'il faut remplir l'absolue condition d'être marié légalement devant le maire. Et comme du côté de ma première femme, on semblait ne pas comprendre cela, alors, j'ai décidé d'épouser ma maîtresse dont les parents ont accepté ma dot. D.L n'a eu que ce qu'elle méritait. J'assume pleinement mon choix et rien n'y pourra changer quelque chose. Enfin, peut-être Dieu. ». Voilà qui est clair. En tout cas, cette affaire continue de faire des vagues et de susciter tous les commentaires dans leur entourage.

AKOTO G ( Correspondant)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2