Réveillon du nouvel an

Réveillon du nouvel an: Les bars de strip-teases refusent du monde


02/01/2014
Pour ce réveillon du 1er janvier 2014, le choix de bon nombre d’Ivoiriens s’est porté sur les bars offrant des prestations érotiques. De fait, lors de notre passage à Marcory lors de ce réveillon, ces établissements affichaient tous complet.

« Ce n’est pas la peine d’entrer, il n’y a plus de place à l’intérieur », nous a indiqué l’une des serveuses du bar « Chez nous ». A quelques mètres de là, un autre bar du genre nous ouvre ses portes. Il est aussi bondé que le premier visité. A la seule différence que les serveuses nous proposent de partager un salon avec d’autres clients. Devant notre refus, l’une d’entre elle nous fait une autre proposition. « Ce soir, c’est à 7000 francs », fait-elle savoir. Il s’agit du prix à payer pour une partie de sexe avec elle. «La serveuse » ajoute que ce montant n’est pas négociable. Outre les bars de strip-teases, d’autres espaces ont sans doute fait bonne recette à l’occasion de ce réveillon. Il s’agit notamment des maquis. A la « Rue des Princes » à Yopougon, ces endroits ont reçu une belle clientèle. On pouvait y voir des personnes, en majorité jeunes, consommer de l’alcool en grande quantité et se trémousser aux sons de rythmes endiablés. Ces scènes de joie ont entrainé, à certains endroits, notamment au « Carrefour Oasis » de Yopougon, une obstruction de la chaussée.

Cependant, nonobstant l’importante animation relevée dans les endroits précités, les Abidjanais, de façon générale, n’ont pas, comme par le passé, pris d’assaut les différents points chauds de la ville. Ce point de vue est partagé par Youl Sayal, manager général du bar « Le Must d’Abidjan ». « (…) Les années ne sont pas les mêmes. Mais cette année, il y a sans doute la question des moyens financiers qui se pose. Je pense que cette année, on aura les mêmes recettes que l’année dernière ou légèrement en dessous », nous a-t-il indiqué. Toutefois, il a fait savoir que des dispositions particulières avaient été prises pour assurer le confort des clients. « Au niveau des prix, nous avons effectué de légères hausses parce que, pour le réveillon, il faut avoir une clientèle un peu select. A ce niveau, nous mettons une marge sur les prix pour permettre de pouvoir trier les clients. Nous avons aussi augmenté l’effectif du personnel », a-t-il ajouté.

Les bars ne sont pas les seuls à se plaindre de la baisse de leur chiffre d’affaires cette année. Dans le même sens, Kouassi Dameur, gérant principal de l’hôtel « Les Studios » de Yopougon-Ananeraie, s’est plaint du faible taux de fréquentation de son établissement. « Les années précédents, deux jours avant la fête, nous avions plusieurs réservations. Mais, cette année, j’ai eu du mal à faire le plein de mon hôtel. Il n’y a pas beaucoup d’affluence cette année », a-t-il déploré.

Notons que lors de notre passage dans les communes de Cocody, Treichville et Abobo, le constat a été pratiquement le même.

Abraham KOUASSI

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome