Cocody : Les habitations de 1250 familles bientôt rasées

Pourquoi le Gouvernement met la pression
04/01/2014
Les habitants de l'ex- « Washington », à Cocody, au pied du Lycée technique, à côté du monument aux martyrs, en face du pont piéton qui relie cette commune à Adjamé, ont passé une mauvaise fête du Nouvel an 2014.

Ils ne dormaient plus que d'un œil. La raison, c'est qu'une mise en demeure de démolition et de déguerpissement leur a été servie, le 27 décembre 2013 par le ministère de la Construction, du Logement, de l'Assainissement et de l'Urbanisme. « Je vous informe que cette parcelle qui appartient à l'Etat, doit faire l'objet de mise en valeur en vue d'accueillir des institutions (…) En conséquence, sommation vous est faite de libérer les lieux sans délai. Faute de quoi, sur instruction de Monsieur le Ministre de la Construction, du Logement, de l'Assainissement et de l'Urbanisme, l'Administration se chargera de démolit vos constructions et de vous déguerpir sous la surveillance des forces de l'ordre et, cela à vos frais», indique le courrier.

Au total, ce sont 450 familles de l'ex-Washington et 800 de Blingué, dans la même zone, qui attendent d'être relogés à Biabou 2, sur la route d'Abobo-Alépé. Dans un document qui nous est parvenu, le vendredi 3 janvier 2014, ces habitants expliquent que, relativement à la politique de leur recasement initiée par l'Etat en 1997, le site de déguerpis de « Washington » appelé Biabou 1 sur la route Abobo-Alépé comprenait 857 logements construits. Le transfert du quartier « Washington » qui s'est déroulé, du 10 septembre 1er octobre 1997 a permis le relogement de 857 familles dont 478 familles ivoiriennes. Jusqu'au coup d'état de 1999, 43 logements ont été bâtis à Biabou 2. Ce qui est insuffisant pour recevoir 1250 familles. Celles-ci plaident alors pour que les travaux de la deuxième tranche du transfert estimés à 2, 1 milliards de francs Cfa qui doit les prendre en compte, soient accélérés. Elles rappellent que le programme concernait la lutte contre la pauvreté telle que relevé par le conseil des ministres du mercredi 25 mars 1998. Les travaux d'aménagement des voiries et réseaux divers qui ont commencé devraient se terminer rapidement, pour ces populations. Elles en appellent à l'intervention des partenaires, décideurs, institutions nationales et internationales, et les Ong, pour intervenir afin que le déguerpissement n'intervienne pas si Biabou 2 n'est pas prêt pour les accueillir.

Dominique FADEGNON

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

1 | 2