Ecole militaire préparatoire de Bingerville

Le parcours des enfants de troupe

Comment on y entre
Voici les généraux formés
21/03/2012
L'entrée principale de l'EMPT de Bingerville
Créée en 1939, l’Ecole militaire préparatoire technique (Empt) sise, à Bingerville, a pour mission de former les jeunes mais surtout de leur permettre d’intégrer l'armée une fois leur formation terminée. Sa devise : « S’instruire pour mieux servir ».

L’Ecole militaire préparatoire technique (Empt) a été créée en 1939. Située à Bingerville, ancienne capitale de la Côte d’Ivoire sous l’ère coloniale, elle est le premier maillon de la chaîne de formation militaire. L'EMPT de Bingerville est un établissement secondaire polyvalent placé sous la tutelle du Ministère de la Défense. Ecole à vocation technique depuis son origine comme son nom l'atteste d'ailleurs, l'EMPT dispense aujourd'hui un enseignement général et technique aux Enfants de Troupe. A ce titre, elle assure la formation morale, physique et scolaire des futurs cadres de l’armée ivoirienne. Devenue une école d’excellence au fil des années, l’Empt s’est forgée une forte réputation dans la formation au point où certains Etats n’hésitent pas à envoyer leurs ressortissants pour y être formés. Construite sur une superficie de plus de 2000 m2, l’école préparatoire militaire de Bingerville est à cheval sur l’enseignement technique et l’enseignement général. Pour l’année scolaire 2011-2012, elle a enregistré 668 élèves repartis entre le premier et le second cycle. Pour la formation des enfants de troupe, l’Empt dispose d’une trentaine de classes. 100 enseignants affectés par le ministère de l’Education nationale et de celui de l’Enseignement technique y assurent les différentes formations. Placée sous commandement militaire, l’administration de l’Empt est dirigée par un commandant école. Depuis le 2 septembre 2011, le commandant école est le lieutenant colonel Soro Kodan. Il a remplacé à ce poste, le colonel Assamoi Edouard, neveu du colonel Assamoi, le premier ivoirien à diriger l'Empt après que la France ait remis, en 1975, le commandement de cette école à l'Etat de Côte d'Ivoire. Depuis donc septembre 2011, le lieutenant colonel Soro Kodan essaie d’apporter sa touche personnelle à l’Empt qui fonctionne depuis plus de sept (7) décennies sous le régime de l'internat. L'enseignement dispensé est conforme à celui de l'éducation nationale. Progressivement les filières de menuiserie, électricité, ajustage d'un niveau élémentaire ont fait place dès 1952 à un enseignement de qualité tourné vers l'excellence et l'innovation. Ainsi à l’Empt on est passé de du brevet élémentaire (BE) au certificat d'aptitude professionnel (CAP) et au certificat d'aptitude technique (CAT) pour parvenir au brevet d'études professionnelles (BEP) en maintenance véhicules et engins (MVE) et en électronique. Puis la filière technique d'électronique F2 et l'enseignement général ont fait leur apparition. La dernière phase de la mue a consisté à remplacer le BEP par le brevet de technicien (BT) dans les filières professionnelles sus-mentionnées pour répondre aux exigences modernes et donner les mêmes chances aux Enfants de Troupe de servir leurs patries parmi l'élite.De la 6è à la 3è, l'enseignement donné est un enseignement général de type collège moderne. Cependant il est impossible de reprendre la 6è et il n'est autorisé qu'un seul redoublement. L'enseignement comprend les matières militaires, scientifiques, littéraires et d'éveil. Il convient de noter que la conduite à l'internat Ainsi que celle en classe jouent un rôle prépondérant dans le résultat scolaire. En effet elles constituent deux matières distinctes et à parts entières qui ont un coefficient égal à celui de certaines matières classiques. Elles comptent pour l'orientation en classe de seconde. A l'issu du BEPC obtenu en classe de 3è, une commission d'orientation statue sur le travail des élèves. Ceux-ci, en fonction de leurs résultats scolaires, sont orientés soit vers l'enseignement technique soit vers l'enseignement général. L'enseignement général est composé des séries A1 et A2 (enseignement littéraire), C (maths et sciences) et D (sciences expérimentales). Il est sanctionné par un baccalauréat d'enseignement secondaire général. L'enseignement technique, quant à lui, comprend les filières BT en maintenance véhicules et engins (MVE) encore appelée automobile (BTA) et en électronique (BTE). A ces deux filières professionnelles s'ajoute la série F2 qui prépare au baccalauréat en électronique. Les filières professionnelles sont ponctuées par un stage obligatoire en entreprise d'un mois au cours de la 3è année. Les Enfants de Troupe ayant terminé leur cursus scolaire à l'EMPT sont orientés dans les universités et grandes écoles nationales ou étrangères pour y suivre un enseignement supérieur. Ils pourront intégrer les forces armées avec le niveau minimum de bac+2 s'ils le souhaitent après avoir subit le test spécial de sélection et d'admission dans les écoles de formation d'officiers d'active.. Pour les plus méritants, il existe des bourses d'études pour intégrer une école préparatoire aux grandes écoles militaires.

Des conditions d’entrée particulières

Pour intégrer cette école, il faut être de sexe masculin, âgé de 12 ans maximum et être en classe de Cm2. A ce critère, il faut ajouter que le postulant doit être classé parmi les meilleurs élèves de Côte d’Ivoire au concours d’entrée organisé chaque année par le ministère de la Défense. Pour cette année, le concours a été lancé dans le mois de février. Il s’est agit, au cours de cette période, d’inviter ceux qui remplissent les conditions à s’inscrire et à déposer leurs dossiers de candidature au ministère de la Défense. Un certificat médical d'aptitude délivré par le médecin de l'Empt ou tout médecin désigné à cet effet, une fiche de table à retirer à l'Empt, trois photos d'identité, deux copies d'acte de naissance datant de moins d'un an, une demande de candidature à légaliser dont le formulaire est à retirer à l'Empt sont les dossiers exigés dans le cadre de ce concours sont les suivant: un certificat de scolarité. Le concours proprement dit sera organisé, cette année, dans le mois de mai. Il porte généralement sur les matières enseignées au primaire. Ne seront déclarés admis que les meilleurs élèves. Car, le nombre de places est limité. Parmi les 668 élèves inscrits pour l’année scolaire 2011-2012, il faut compter, en plus des Ivoiriens, des Centrafricains, des Nigériens, des Sénégalais, des Togolais, des Maliens et des Guinéens. Cette tradition de former des citoyens d’autres pays a été instaurée depuis plusieurs années. Les 100 enseignants affectés par le ministère de l’Education nationale et de celui de l’enseignement Technique tiennent en mains les 668 élèves repartis entre le premier et le second cycle. L’enseignement dispensé à l’Empt est conforme aux programmes de l’enseignement technique et de l’enseignement général. Toutefois, un contenu d’instruction militaire est au programme. Il faut cependant rappeler qu’à l’origine, c’était uniquement l’enseignement technique qui était dispensé dans cette école militaire. Mais les responsables d’alors vont décider d’y introduire l’enseignement général en 1979. Depuis cette date, les élèves, à l’issue de la classe de 3e, sont orientés soit dans l'enseignement technique, soit dans le général. Cependant, cette orientation dépend de la moyenne obtenue au cours de l’année scolaire. En effet, de la 6ème à la 3ème, il est pratiqué le tronc commun pour tous les enfants de troupe. C'est après l'obtention du Bepc que tout change. Tous les élèves qui ont une moyenne en dessous de 12 sont automatiquement orientés dans l'enseignement technique. Cette exigence relève du fait que seuls les enfants de troupe ayant obtenu 12 de moyenne peuvent être admis en classe supérieure. A défaut de les exclure, ceux qui n'obtiennent pas la moyenne exigée par l'école sont orientés dans l'enseignement technique en vue d'apprendre un métier. A la fin du cycle secondaire, les élèves admis au Baccalauréat sont mis à la disposition du ministère de la Défense. C’est ce ministère qui est chargé de les orienter dans les grandes écoles ou les universités. Ce département ministériel est également responsable du suivi des enfants de troupe orientés au cycle supérieur.

L'Armée ou la carrière civile

C'est au terme du cursus universitaire et en fonction des critères du ministère de la Défense que certains des anciens enfants de troupe entreront dans l'armée. Pour l'intégrer définitivement, les sélectionnés doivent présenter le concours d'entrée à l'Ecole des Forces Armées (Efa) de Zambakro. C'est après avoir été admis à ce concours qu'ils peuvent être considérés comme ayant intégré l'armée de Côte d'Ivoire. Il faut dire que la carrière militaire n'est pas systématique même si on a été enfant de troupe. Edouard Adompo Achi enseignant à l'Empt, en est un exemple. Enfant de troupe dans les années 90, il a opté pour l'enseignement après un diplôme supérieur en électronique. Affecté à l'Empt, il dispense depuis quelques années ses connaissances aux enfants de troupe. L'ancien directeur général adjoint du port de Cotonou, Yaya Obrou, fait partie de ces anciens enfants de troupe qui ont préféré s'orienter ailleurs, plutôt que d'intégrer l'armée. Cependant, beaucoup optent pour la carrière militaire. C'est d'ailleurs la mission première de l'Empt. Certains ont même occupés de hautes fonctions dans l'armée de leur pays respectif. C'est dire qu'à la fin de leur cursus universitaire, tous les enfants de troupe de l'Empt n’embrasseront pas la carrière militaire. Même si c'est la vocation première de l'école, il y a certains qui ne peuvent intégrer l'armée. Car, il faut avant tout répondre aux critères de l'armée. Avoir des aptitudes et après le cycle supérieur le concours d'entrée à l'Ecole des Forces Armées (Efa) de Zambakro. Mais une fois qu’on a satisfait aux exigences, l'enfant de troupe qui sort de l'Efa avec le grade de sous-lieutenant. Pour avoir fait l'Empt, il peut connaître une carrière fulgurante et devenir général.

L'Empt vers l’enseignement supérieur

En 73 ans d’existence et d’excellence, l’Empt est le cadre de la formation de nombreux cadres civils et militaires de plusieurs pays africains. Le rayonnement de l’école a dépassé les frontières nationales. Aujourd’hui, l’école entend mettre le cap sur l'étape de l'évolution. L’Empt a donc decidé d’intégrer l’enseignement supérieur. Selon le colonel Soro Kodan, trois raisons militent en faveur de cette nouvelle orientation. D’abord, l’école a fait ses preuves au niveau de l’enseignement secondaire. Chaque année, elle figure parmi les écoles dont le taux de réussite aux différents examens avoisine les 94% au Bac et 97% au Bepc avec plusieurs mentions très bien et assez bien. Les enfants de troupe de l'Empt sont considérés comme les meilleurs élèves de Côte d'Ivoire. Vu donc ces résultats, l’école militaire veut relever un nouveau challenge. Celui de permettre aux enfants de troupe d'effectuer le cycle supérieur à l’Empt. A ce propos, le projet de création du cycle supérieur est très avancé et les responsables de l'Empt n'attendent que les ministères de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et celui de la Défense pour donner corps à ce projet. A travers donc la création du cycle supérieur, l'Empt pourra prendre en charge la formation des jeunes, d’ici et d’ailleurs, de la classe de 6e au cycle supérieur tout en continuant de leur enseigner la rigueur et la discipline, socles de la formation militaire.

Elysée YAO

Encadré 1

Les difficultés

L'Empt est certes une école d'élite, mais après 73 ans d'existence, le temps a fait son effet et l'école n'est plus resplendissante comme par le passé. Certains bâtiments administratifs et classes sont délabrées et le matériel didactique vétuste. Un programme de réhabilitation s'impose donc pour mettre à neuf cette école qui fait la fierté de la Côte d'Ivoire. Elle se sentirait encore mieux, si elle bénéficiait également d'un projet de rééquipement en matériel didactique et informatique.

E.Y

Encadré 2

Faveurs et sanctions

A l'Empt, en plus de la formation militaire, un accent est mis sur l'excellence. C’est d’ailleurs pourquoi, seuls les élèves studieux et travailleurs ont le droit de rendre visite à leurs parents. Il leur est permis de rentrer à la maison le vendredi, après les cours, pour y revenir le dimanche soir. Mais cette faveur faite aux plus brillants élèves rentre en vigueur trois mois après la rentrée scolaire. Selon le lieutenant colonel Soro Kodan, cette mesure vise à sanctionner les mauvais élèves tout en les stimulant au travail. « Nous sommes obligés de retenir ceux qui ont obtenus de mauvaises notes pour étudier. Ils ne pourront rendre visite à leurs parents ou tuteurs que s’ils ont de bonnes notes en classe. Parce qu'à l'Empt, c’est l’excellence et tout élève doit obtenir la moyenne de 12 pour passer en classe supérieure », a indiqué le commandant école. Et cette mesure paie parce que pour l'année scolaire 2010-2011, l'Empt a réalisé un taux de réussite de 93,7% au Bac et 97% au Bepc au niveau national.

E.Y

Encadré 3

Une école d'élite

L'Empt de Bingerville depuis plus de sept (7) décennies qu'elle existe à former de nombreux cadres africains. Pour la Côte d'Ivoire, on peut citer pêle-mêle feu le général Guéi Robert devenu chef de l'Etat-major des armées puis chef d'Etat après le putsch de 1999, le général Zézé Barouan, ancien chef d'Etat-major des armées, le général de division Koné Youssouf, le général de division Emile Bléouan Zohoré, le général de brigade Diabagaté Soumaïla, le Général de Division Soumaila Bakayoko, actuel Chef d’Etat-Major, Général des Frci, etc. pour la sous-région, l'Empt a participé à la formation d’officiers supérieurs et d’officiers généraux dont feu le général Lansana Konté, ancien président de la République de Guinée, Yaya Obrou, ancien directeur adjoint du port autonome de Cotonou et le général de brigade Oilla Zagré, ancien chef d'Etat-major des armées du Burkina Faso.

E.Y

Elysée Yao

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2