Insécurité-circulation

Les motos, un danger à Abidjan

La police lance la traque aux scooters
12/09/2014
La police a lancé la traque aux scooters (Photo d'archives)
C'est la traque aux motos dans le district d'Abidjan.

Ce constat a été fait depuis quelques jours. De nombreux agents de police ont été déployés dans les rues de la capitale économique ivoirien avec comme mission principale, procéder aux contrôles de toutes les motos en circulation. « Nous avons mis de nombreuses motos en fourrière parce qu'elles n'avaient pas de papier », a indiqué un agent de police sous le couvert de l'anonymat. Permis de conduire, assurance, vignette et patente, sont les documents qui intéressent les agents de police.

A première vue, ces contrôles visent à permettre aux propriétaires des engins à deux roues de régulariser leur situation. « Il y a trop d'accidents de la circulation ces temps-ci parce que ces motards n'ont pas de permis de conduire ; ils ne connaissent donc pas le code de la route », fait savoir notre interlocuteur.

Mais, une autre source policière va au-delà de ce simple contrôle de routine. Celle-ci explique que ce déferlement de policiers répond à une injonction du préfet de police d'Abidjan. En effet, cette autorité en charge de la sécurité du district Abidjan a reçu un rapport de ses services de police relative à la recrudescence du banditisme sur son territoire de compétence. Il s'agit d'une nouvelle forme de criminalité qui implique des hommes en scooter. Ces derniers sont généralement deux à moto, et portant des casques, procèdent à des vols à l'arrachée à différents endroits de la ville d'Abidjan. «Plusieurs victimes se sont plaintes et pour le préfet de police, il faut arriver à mettre un terme à ce phénomène qui prend de l’ampleur. Par conséquent, le message radio est précis: traquer ces bandits en procédant au contrôle de toutes les motos en circulation», révèle notre source.

Bertrand GUEU

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Bertrand Gueu

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

 

Videodrome