Attentat de Grand-Bassam: Les 200 millions de F cfa du gouvernement divisent les opérateurs


24/03/2016
(Photo d'archives)
A la faveur du conseil des ministres extraordinaire qui s’est tenu à Grand-Bassam, le gouvernement a offert 200 millions de F cfa aux hôteliers de la façade touchés par les attaques terroristes.

L’objectif de cet apport est d'éviter un impact économique de cette attaque. Un comité devrait être mis en place pour définir les modalités de cette répartition. Malheureusement, avant même la mise en place de ce comité, une discorde est née entre les opérateurs. Les plus petits opérateurs soupçonnent les plus grands de vouloir s’accaparer de l’argent. " Certains des hôteliers pensent que c’est à eux que doit revenir la plus grande partie du partage. Nous sommes tous victimes. Je fais allusion à Abblé. Il ne faudrait pas qu’il pense qu’il peu se permettre de prendre une grande part dans le partage au détriment des autres. On nous a fait savoir que l’argent sera partagé par un comité mis en place par le préfet. Nous dénonçons une discrimination au sein de cette association des hotels et restaurants de bassam. Les grands hôteliers évoluent par clan au détriment des petits. C’est visiblement ceux à quoi nous assistons en ce moment. Cette aide est pour tout le monde. Nous attendons la réunion des restaurateurs du mardi pour débattre de la question", assène M. Diby Konan, promoteur du complexe le Binguiste. Même son de cloche du côté de Tereso. Selon son responsable financier, M. Mockey Bérenger, c’est dans le partage qu’il y a problème, car ceux qui ont perdu des victimes suggèrent qu’ils doivent percevoir un peu plus que les autres. "Une chose est sûre, tout le monde aura sa part car les répercutions économiques sont supportées par tous. ". Nous avons joint M. Abblé Jacques, président de l’Association des hôtels et restaurants et promoteur de l'Etoile du Sud. "C’est un don du gouvernement. Il y a des adéquates habilitées à gérer ces fonds. Il s’agit du maire et du préfet. On sait tous ici, en Côte d’Ivoire, que quand il s’agit d’argent, il y a beaucoup de bruits. Qu’ils fassent le bruit qu’il y a, nous nous en tenons à ce que les autorités auront décidé. Ce sont des allégations. Ceux qui parlent sont ceux-là mêmes qui ne s’intéressaient pas aux activités de notre association. Il ne faut donc pas profiter aujourd’hui d’une situation pour faire du bruit pour rien. ", s’est-il exprimé.

Check KONE

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: L'inter

Videodrome