Fermeture des boîtes de nuit, maquis et bars: Les patrons des établissements de divertissement nocturnes à Marcory en pleure

« Plus de 500.000 familles sont impactés, elles sont restées sans revenus »
11/05/2020
Fermeture des boîtes de nuit, maquis et bars: Les patrons des établissements de divertissement nocturnes à Marcory en pleure
Ces opérateurs économiques appellent l'État au secours.

Les patrons des boîtes de nuit et maquis de Marcory regroupés au sein du Groupement des établissements de divertissement nocturnes à Marcory (Ged-noma) ont aujourd’hui perdu la sérénité, face à la menace du Covid-19. Une pandémie qui a occasioné la fermeture de tous leurs établissements sur l’ensemble du teritoire national. Au cours d’une conférence de presse qu’ils ont animé, le vendredi 8 mai 2020, ils ont dit leur inquiétude.

« Notre secteur a été le plus impacté. L’impact est catastrophique. Pendant deux mois, nos employés sont restés sans revenus. Plus de 800 établissements à Marcory, soit près de 50.000 dans le pays, sont fermés pour cause de Coronavirus. Plus de 500.000 familles sont impactés, elles sont restées sans revenus », a fait savoir le président de cette organisation, Eric Gaba. Pour lui, la situation que vit ce secteur d’activités est indescriptible. Car « des familles ont faim, certaines se meurent quand d’autres vivent des misères ». Pour éviter que la situation de paupérisation dans laquelle ils se trouvent maintenant ne les emporte, ils ont demandé au chef de l’État, Alassane Ouattara, à l’instar des villes de l’interieur, de permettre la reprise des activités économiques dans le Grand Abidjan. Ce qui pourrait permettre aux familles de reprendre goût à la vie. Toutefois, ils ont fait la promesse de respecter les mesures barrières imposées par le gouvernement ivoirien aux populations.

Séverin DJAHA

Severin Djaha

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2