Lutte contre la propagation de la Covid-19 : Le Refpuce sensibilise les ressortissantes des pays membres du Conseil de l'Entente


31/07/2020
Lutte contre la propagation de la Covid-19 : Le Refpuce sensibilise les ressortissantes des pays membres du Conseil de l'Entente
La présidente du Refpuce, Mme Assué Béatrice, en tee-shirt, remettant du matériel de protection contre la Covid-19. (Ph: DR)

Azaguié, une ville de la Région de l'Agneby-Tiassa située en Côte d'Ivoire, a abrité une journée de sensibilisation contre la maladie à coronavirus (Covid-19), mercredi 29 juillet 2020.

Cette initiative du Réseau des femmes professionnelles unies du Conseil de l'Entente (Refpuce) a concerné une quarantaine de femmes, toutes ressortissantes des 5 pays membres du Conseil de l'Entente (Bénin, Burkina-Faso, Côte d'Ivoire, Niger et Togo).

Mme N’Dri Adelaïde, Auditeur conseil hygiène et Sécurité sanitaire des aliments, formatrice du jour, a expliqué aux femmes les nouveaux comportements à adopter face à la pandémie de la Covid-19. « La maladie progresse rapidement, alors qu’il n’y a pas actuellement de traitement homologué. C’est pour cela qu’il faut faire très attention et adopter de nouveaux comportements », a mentionné la formatrice. Entre autres comportements à adopter, face à la Covid-19, elle a demandé de laver correctement les mains avec de l’eau et du savon ou une solution hydroalcoolique ; éviter de se serrer les mains ; tousser ou éternuer dans le repli du coude ; respecter la distanciation physique dans les lieux publics ; éviter les lieux fréquentés et porter correctement le masque de protection.

N'cho Patrice Aimé, 3ème adjoint au maire d’Azaguié Mamadou Koulibaly, a salué cette initiative du Refpuce. Il a déploré le fait que des personnes ignorent royalement les mesures barrières édictées par le gouvernement qui sont pourtant le seul moyen efficace de lutte en attendant qu'un vaccin soit trouvé. N'cho Patrice Aimé a souligné que la maladie est réelle et qu'il est important de respecter les mesures en vigueur de sorte à limiter sa propagation.

La présidente du Refpuce, Mme Assué Béatrice a justifié la tenue de cette activité par le fait que les femmes sont un puissant vecteur de changement de comportement. Selon elle, si la lutte est comprise et portée par les femmes, il y a de forte probabilité que tout le monde s'y mette.

Le Refpuce a saisi cette occasion pour offrir à la centaine de femmes qui prenaient part à la formation, des dispositifs de lavage des mains (seaux, savons, gel hydroalcoolique, etc.), ainsi que des vivres, notamment des sacs de riz.

Après Azaguié, le Refpuce mènera la même activité dans la commune d’Abobo et de Port-Bouët (District d'Abidjan).

Irène BATH (Envoyée spéciale)

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2