Presse internationale : Les journalistes et correspondants de la presse étrangère en Côte d'Ivoire plaident pour l'amélioration de leurs conditions de travail


12/08/2020
Presse internationale : Les journalistes et correspondants de la presse étrangère en Côte d'Ivoire plaident pour l'amélioration de leurs conditions de travail
Les journalistes de la presse étrangère, avec M'ma Camara (à l'extrémité) à leur tête, veulent assainir leur environnement.

La cérémonie de remise des cartes d'accréditation, qui s'est tenue dans les locaux du ministère de la Communication, à Abidjan-Plateau, a été l'occasion choisie pour l'Association de la presse étrangère (Ape) de solliciter l'Etat de Côte d'Ivoire pour l'amélioration de leurs conditions de travail. Cette rencontre s'est déroulée le mardi 10 août 2020.

Le nombre de journalistes et correspondants de la presse étrangère en Côte d'Ivoire continue de grandir depuis 2003. Ce sont 137 Hommes de médias qui ont reçu leur Cijp, outil primordial pour faciliter leur collecte d'informations.

M'ma Camara, présidente de l'Association de la presse étrangère (Ape-CI) a saisi cet instant pour introduire certaines préoccupations qui rentrent dans le cadre de l'exercice de leur fonction auprès des autorités ivoiriennes et en particulier de leur ministère de tutel. 

« L’Association de la Presse Etrangère en Côte d’Ivoire (APE CI) par ma voix se réjouit d’être présente à cette cérémonie, qu’elle apprécie. Mais, elle souhaite pour l’année 2021 qu’elle soit faite au premier trimestre. Monsieur Beda, je vous comprends, mais j’insiste. Je sais qu’une solution sera trouvée » a-t-elle plaidé avant d’aller plus loin dans cette démarche « Monsieur le Directeur de cabinet, la presse étrangère en Côte d’Ivoire plaide pour l’Etablissement et le Renouvellement des accréditations en début d’année, et aussi souhaite que le Ministère organise des sessions de rattrapages pour les correspondants qui viendront au cours de l’année » 

Elle a toutefois relevé que de faux journalistes et de faux correspondants utilisent ces cartes à des fins inappropriées et font ainsi honte à cette noble corporation. 

A l’approche de la présidentielle, elle a émis le souhait de voir respecter le droit à la liberté d’expression, principe fondamental de la démocratie. « L’Ape ci souhaite que cette vitrine ne soit pas entachée par un musèlement du droit à la liberté de presse qui pour nous n’honore pas notre pays » a-t-elle traduit.

A l’endroit de ses confrères, elle a demandé un bon usage de la carte professionnelle parce que « la confiance ne se mérite pas deux fois ».

D’une vingtaine entre 2003 et 2006, le nombre des journalistes et correspondants de presse étrangère est aujourd’hui à 137. Un chiffre qui pourrait évoluer les jours à venir.

Alain Zadi (Stg)

Alain Zadi

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2