Suppression de Coges : La Fesci salue la décision du chef de l'État et annonce ses prochains défis


16/12/2020
Suppression de Coges : La Fesci salue la décision du chef de l'État et annonce ses prochains défis
Sain-Clair Allah et la Fesci veulent mettre fin aux fléaux qui minent l'école ivoirienne.

Lors de sa prestation de serment, Alassane Ouattara a pris une décision à propos du Coges qui a réjoui la fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci).

 Le lundi 14 décembre 2020, le président de la République, Alassane Ouattara a pris la décision de confiance le Coges aux collectivités. Une décision que la Fesci par son secrétaire général national, Allah Saint-clair dit NL Makélélé a salué au cours d'une conférence de presse qu'il a animé au sites social de l'organisation situé à l'université Félix Houphouët-Boigny dans la commune de Cocody. Pour lui, c'est une preuve que la lutte mener en ce sens a payé. En effet, la Fesci a demandé la suppression des frais du comité de gestion scolaire (Coges) parce qu'elle les considérait comme une caisse noire destiné à renflouer les poches de certains individus. Une grève avait été annoncée le 19 octobre dernier si les choses restaient en l'état. Et ce mot d'ordre de grève a été suspendus parce que le premier ministre Hamed Bakayoko les avait invités sur la table des discutions.

Rien n'est encore terminé car d'autres combats sont en vue. La question des élèves mis hors circuit du système scolaire pour fraude n'est pas encore élucidée. Ce sont près de 10 000 élèves qui sont sur le carreau du fait de cette situation. 

Makélélé ne s'arrête pas là. La Fesci veut sensibiliser les élèves sur la fraude. Aussi, la fédération entend s'attaquer au problème de grossesses en milieu scolaire, de la question de la drogue ainsi que du système des notes sexuellement transmissibles. Des maux qui minent l'école en Côte d'Ivoire.

Alain Zadi

Alain Zadi

|

  • SOURCE: Linfodrome