Maca : De graves révélations sur Yacou le chinois

Société
Publié le Source : L'inter
maca-de-graves-revelations-sur-yacou-le-chinois Yacouba Coulibaly dit Yacou le chinois règne en maître (Photo d'archives)

Yacouba Coulibaly dit Yacou le Chinois, un détenu pas comme les autres, défraie la chronique à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) où il règne en ‘’Seigneur’’.

Condamné à des peines de 20 ans d'emprisonnement, Yacou le Chinois constitue un ''monstre'' pour sa dangerosité liée à des troubles récurrents dans cet établissement pénitentiaire. Il fait partie de la pègre abidjanaise dont la notoriété se conjugue en termes de nombre d’agressions, de vols, de braquage… dans la capitale économique. Pourtant, cet homme, la quarantaine environ, au teint clair, aux yeux bridés (dont il tire son surnom), est logé au bâtiment C, le quartier de ceux qui doivent purger de longues peines de prison, rêvait, selon des sources, de devenir pilote d’avion.

En fait, il rendrait des services au pouvoir, en étant l’œil et surtout l’oreille des renseignements généraux sur les connexions qu’auraient à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), ceux qui tentent de déstabiliser le pouvoir actuel. De graves révélations ont été faîtes sur ce personnage, le 11 avril dernier, lors de la commémoration de l'An 3 de la chute de l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, au Q.G provisoire du Fpi, par Gnaly Hippolyte dit ''Thabo Mbeki'', ex-détenu à la Maca. «Yacou le chinois est un élément de Wattao. Il est condamné à 20 ans pour braquage à main armée suivi de meurtre. C'est ce monsieur qui gère au quotidien le bâtiment C. Il s'est fait entourer de certains ex-braqueurs. Ce sont eux qui ont les clés de toutes les cellules et les gèrent. Dès qu'il est 16 h, tous les prisonniers doivent entrer dans leurs cellules jusqu'au lendemain à 9 h. Une cellule qui est prévue pour 15 à 18 personnes, vous êtes 50 voire 80 personnes. Pour sortir du bâtiment et venir dans la cour, il faut payer à Yacou le chinois 200 ou 300 F par jour. Si tu n'as pas d'argent, tu restes dans le bâtiment», a révélé l'ex-détenu. «L'eau coule de 10 h à 10 h 30 le matin. Vous avez donc 30 minutes pour vous approvisionner en eau. Ceux qui gèrent les robinets sont des braqueurs. Ils se battent, l'eau coule et il n'y a personne pour la recueillir. On nous dit : ''vous les pro-Gbagbo, vous allez voir''. C'est à partir du 2 novembre 2012 que les déportations ont commencé. Les gens dressent des listes. Les gardes qui ont la liste, quand ils arrivent, ils sont accompagnés par Yacou le chinois et ses éléments. Celui qui ne veut pas sortir, c'est Yacou le chinois qui est chargé de le faire sortir par la force. (…) Ce Yacou le chinois, le pouvoir lui demande d'agresser et il prend ses éléments et agresse les gardes. Et le pouvoir vient déverser à la Maca, toute son armée tels le Ccdo, Frap... Quand ils rentrent, ils se dirigent directement vers le bâtiment C et ils tirent. Quand ils finissent, ils jettent des gaz lacrymogènes dans les cellules. En ce moment, vous êtes obligés de sortir, mais malheur à toi. Si tu sors de ta cellule que tu veux aller dehors, tu peux être atteint», a-t-il ajouté.

Désormais maître incontesté et incontestable de la Maca, Yacou le chinois est traité avec tous les égards par ses codétenus, de peur de subir son courroux. Il dicte sa loi. Détenus, gardes, administration pénitentiaire, tous sont à ses pieds. Un bien curieux prisonnier qui n’a d’ordre à recevoir de personne dans l’établissement pénitentiaire. Très impulsif,dit-on, ses fréquentes ''crises'' se terminent par des affrontements entre détenus. Selon une source militaire, l'homme aurait un vaste réseau de renseignements qui lui permet d'alerter en temps réel ses proches sur d'éventuelles attaques.

Au cours d'une mutinerie à la Maca, poursuit notre source, il aurait été menacé par un gradé de la police. Celui-ci lui a dit qu'il venait le chercher avec des centaines ''d'éléments'' et Yacou le chinois lui a rétorqué qu'il pouvait être abattu mais l'opération coûtera la vie à une centaine de personnes. Selon notre source, c'est Wattao qui a réussi à le convaincre de rester tranquille. Une fois à la Maca, Wattao a été surpris de voir ce prisonnier lui montrer la progression de son convoi depuis le lieu de décollage jusqu'à la Maca. Yacou le chinois et Wattao se sont longuement entretenus, ce jour-là. Sa présence à la Maca n'est pas fortuite, nous apprend-on. De sa position, il peut obtenir des informations sensibles et constitue une sorte de garantie contre d'éventuels mouvements de pro-Gbagbo, dit-on. L’aventure continue à la Maca pour ce chef de gang. Et, Yacou le chinois conforte son autorité dans cet univers carcéral.

Cyrille DJEDJED

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites