Crises dans les écoles : Les parents d'élèves en guerre contre les Coges

Société
Publié le Source : Soir info
crises-dans-les-ecoles-les-parents-d-eleves-en-guerre-contre-les-coges les élèves et leurs parents veulent une année sans problème (Photo d'archives pour illustrer l'article)

Les associations des parents d'élèves s'élèvent contre les crises répétées dans les écoles, dues à des gestions scabreuses de Comités de gestion des établissements scolaires (Coges).

« Nous allons nettoyer les Coges. On ne peut pas comprendre que des Coges soient subventionnés par l'Etat et qu'il manque le minimum pour que les élèves prennent les cours, je veux parler de tables-bancs, par exemple. Il y a des erreurs de gestion. L'argent n'aime pas le bruit, mais là où il y a de l'argent, on voit qu'il y a des bruits. C'est dommage », s'est plaint Aka Edouard, président de l'Union nationale des parents d'élèves et étudiants de Côte d'Ivoire (Unapeeci) avec qui nous avons eu un entretien téléphonique, le dimanche 7 décembre 2014.

Pour lui, il va falloir recadrer les missions des Coges. « Nous allons le demander à la ministre de l'Education nationale et de l'enseignement technique. Nous, en tant qu'association ,nous avons refusé de siéger dans les Coges pour ne pas qu'on nous accuse de dilapider les fonds. Lundi (aujourd'hui 8 décembre, Ndlr) nous serons, avec d'autres associations de parents d'élèves et d'étudiants au lycée municipal de Marcory, où depuis quelques jours, des élèves se sont soulevés parce qu'il manque de tables-bancs », a tempêté notre interlocuteur qui a soutenu que désormais, si des bruits courent dans un établissement, il ne sera plus question de laisser la situation pourrir comme c'est le cas au Lycée municipal de Marcory. « Nous allons agir en disant la vérité aux gérants. Trop, c'est trop. Nos enfants ne doivent plus en pâtir », nous a-t-il fait savoir.

Dominique FADEGNON

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites