Côte d’Ivoire/ Menace terroriste: Un convoi suspect débarque plusieurs individus à Aboisso

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-menace-terroriste-un-convoi-suspect-debarque-plusieurs-individus-a-aboisso (Photo DR)
Société

La ville d’Aboisso, située à environ 90 Km au sud-Est d’Abidjan, est-elle dans le collimateur d’individus assimilables à des djihadistes ?

En tout cas, certains habitants du chef-lieu de la région du Sud-Comoé, n’ont aucun doute au regard des attitudes de ces individus qui ont débarqué dans leur localité à la mi-juin 2015. En effet, il nous a été rapporté que c'est à bord d’au moins deux minicars communément appelés « requin », que ces individus, qui s’expriment peu en dehors de leur cercle, ont foncé directement au quartier Belle Vue de la commune d’Aboisso. Après avoir repéré une grande cour initialement occupée, ils vont y débarquer. Ils vont vider les occupants légaux pour s'installer afin de ne pas attirer de regard. De plus, ils vont carrément fermer la devanture de cette grande cour avec une bâche plastique de couleur noire.

Tout le corps vêtu d’une combinaison unique, ces individus se déplaçaient en groupe. « Nous avons été surpris par cette arrivée. Ils ne parlaient à personne. La première fois que je les ai entendus s’exprimer, c’était dans une langue peu parlée ici. Je ne sais pas si c’est de l’arabe ou autre chose. Ils échangeaient beaucoup par téléphone et ils semblaient obéir à des ordres », nous a révélé Assamoa T., le samedi 4 juillet 2015, lors de notre passage. Ce dernier qui soutient avoir observé ces habitants peu ordinaires, a indiqué qu’ils avaient le visage marqué par les conditions climatiques rigoureuses du lieu de leur provenance.

Antoine D., qui s’est présenté à nous ce samedi 4 juillet 2015, comme étant un locataire expulsé temporairement, s’est également prononcé sur le séjour de ces individus. « Nous avons regagné nos domiciles. Tout est en place. Ils n’ont rien laissé comme indice pouvant les identifier. Toutefois, ils nous ont fait peur parce qu’ils s’expriment dans une langue qui n’est pas parlée chez nous, et ils semblaient viser quelque chose. J’avoue que nous qui sommes sortis de cette cour, avons eu la plus grande peur de notre existence. Nous n’avons pas voulu attirer l’attention de nos connaissances pour ne pas les affoler », nous a-t-il confié. Selon lui, leur départ de la ville d’Aboisso s’est fait par vague, contrairement à leur arrivée. « Certains sont restés un peu plus que d’autres. Jusqu’au 1er juillet 2015, j’ai aperçu un vers le marché. Nous qui habitons cette cour avons été traumatisés sérieusement », a-t-il souligné, assurant d’avertir la Police prochainement si une telle situation se présentait. Ces individus, après trois jours de siège au quartier Belle Vue, ont levé leur « dispositif », laissant derrière eux, au moins deux de leurs acolytes qui auraient pris la direction d’Abidjan.

M’BRA Konan (Envoyé spécial)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites