Traite des personnes et esclavage: sexuel 96 jeunes filles interceptées à l'aéroport

Société
Publié le Source : Soir info
traite-des-personnes-et-esclavage-sexuel-96-jeunes-filles-interceptees-a-l-aeroport Les ministres Hamed Bakayoko et Anne Ouloto lors de la cérémonie

D'avril 2014 à ce jour, 96 jeunes filles ivoiriennes ont été interceptées à l'aéroport, alors qu'elles devraient embarquer sur des vols en direction des pays tels que l'Egypte, la Tunisie, le Maroc, la Turquie, l'Ethiopie, le Liban, la Syrie, l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis.

Après ce coup de filet, un autre contingent de 72 filles, est en attente d'un départ imminent. Les autorités aéroportuaires sont donc en alerte. Ces informations émanent des services compétents du ministère de la Solidarité, de la Famille, de la femme et de l'enfant. Elles ont été rendues publiques, le lundi 23 novembre 2015, au cours de la cérémonie de remise des documents de la stratégie nationale et du plan d'action national de lutte contre la traite des personnes. Aux II Plateaux, où la rencontre s'est déroulée en présence du ministre d’État, ministre de l'Intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko, représentant le Premier ministre, tous les intervenants ont déploré ce phénomène qui avilie l'humanité. C'est fort de cela, a indiqué le ministre d’État, que le gouvernement ivoirien est déterminé à juguler ce fléau déshumanisant du territoire national. « En y apportant une réponse institutionnelle forte, caractérisée par des instruments de lutte adéquats, les autorités ivoiriennes veulent, à travers le projet de loi sur la lutte contre la traite des personnes, qui sera bientôt adopté par le parlement, éradiquer le phénomène et punir sévèrement tous ceux qui s'adonnent à la pratique », a confié le ministre Hamed Bakoyoko, avant d'exhorter les populations à dénoncer les trafiquants, afin qu'ils répondent de leurs actes. Engager la bataille pour un monde débarrassé de la traite des personnes et de l'esclavage sexuel, est le vœux de l'ambassadeur des Etats-Unis en Côte d'Ivoire, de celui du Japon et du représentant de l'Union européenne. C'est pourquoi ils ont décidé d'accompagner, depuis quelques années, le gouvernement ivoirien dans sa politique de lutte contre la traite des personnes. Une aide qui réjouit la ministre Anne Désirée Ouloto. Car, il est temps, a-t-elle demandé, face aux diplomates, de ne plus fermer les yeux sur ce phénomène. « Il est crucial de traquer et de réprimer les trafiquants qui livrent les jeunesses de l'Afrique à un esclavage des temps modernes. Il importe également de dénoncer les réseaux mafieux », a indiqué la ministre. Pour Anne Désirée Ouloto, ces actions vigoureuses permettront de juguler ce fléau en amplification dans les pays africains. Selon un rapport de l'Onudc, établi en 2012 sur 136 pays concernés par la traite des personnes, 118 sont issus du continent africain. 75 % des victimes de ce phénomène sont des femmes et des enfants, dont 10 % de garçons. Classée en 3ème position des délits, après le trafic d'armes et celui de drogue, la traite des personnes constitue, au dire de Terence Mc Culley, Ambassadeur des Etats-Unis en Côte d'Ivoire, l'une des plus grandes hontes de l'humanité. Car, dans la majeure partie des cas, les passeports et les titres de séjour des victimes sont confisqués. Elles sont également interdites de tout mouvement de liberté et sont contraintes à des emplois avilissants et peu rémunérés. Des actions vigoureuses et exceptionnelles doivent donc être menées pour expédier ce phénomène dans les profondeurs des traditions rétrogrades. C'est pourquoi la ministre de la Famille a appelé à une prise de conscience collective, et a invité les acteurs à aider efficacement à l'exécution du plan d'action national de lutte contre la traite des personnes .

Elysée YAO

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites