Lutte contre le travail des enfants: Plusieurs personnes déférées

Publié le Modifié le
lutte-contre-le-travail-des-enfants-plusieurs-personnes-deferees Dominique Ouattara, présidente du Cns tient à la protection des enfants (Photo d'archives)
Société

Dans la vaste campagne de lutte contre le travail des enfants en Côte d’Ivoire, le Comité national de Surveillance des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des enfants (Cns), ainsi que le comité interministériel (Cim) , ont mis en exergue la répression, au cours des importantes activités réalisées de 2012 à 2014.

C’est la révélation faite par Yao Patricia Sylvie, secrétaire exécutive du Cns, le mardi 15 décembre 2015, au Plateau lors du bilan d’activités et la présentation du plan 2015-2017. « Dans le domaine de la répression, vingt-neuf (29) personnes ont été déférées devant les tribunaux, vingt trois (23) ont été jugées dont dix-huit condamnées à des peines d’emprisonnement fermes, et cinq avec sursis, en application de la loi numéro 2010-272 du 30 septembre 2010 portant interdiction de la Traite et des pires formes de travail des enfants (Pfte). Des opérations de Police de lutte contre les Pfte, réalisées du 11 au 15 février 2014 à Soubré, ont permis d’interpeller huit trafiquants », a détaillé la secrétaire exécutive. Par ailleurs, elle a évoqué le chemin parcouru à travers la prévention (coopération, sensibilisation des populations, renforcement des capacités des acteurs de la lutte contre le travail des enfants) et la protection des enfants (amélioration de l’accès des enfants à l’éducation, la prise en charge des enfants victimes, la réalisation d’infrastructures sociales de base, l’appui à la réalisation d’activités génératrices de revenus, et l’amélioration de la productivité du verger cacaoyer). Elle a également insisté sur la coordination et le suivi-évaluation en évoquant l’opérationnalisation du système d’Observation et de Suivi du travail des enfants (Sosteci) dans sept départements (Soubré, Méagui, Bouaflé, Agnibilékro, M’batto, Abengourou et Bondoukou). Au regard de ce qui précède, Yao Patricia a indiqué que de nombreux défis restent à relever. C’est pourquoi , en parlant de l’élaboration et de la mise en œuvre du nouveau plan d’action national 2015-2017, elle a souhaité la consolidation des acquis et la poursuite des actions engagées pour réduire d’au moins 70%, les Pfte d’ici 2020. Prenant la parole, la Première dame de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara, présidente du Cns, a salué le travail fait, et a appuyé les décisions prises. « Nous comptons renforcer les actions de lutte contre la traite des enfants dans les zones à risque, avec l’appui des forces nationales de Police et de Gendarmerie, et en étroite collaboration avec Interpol. Nous allons mener des opérations de répression d’envergure à grande échelle dans le pays, afin d’envoyer un signal fort aux trafiquants », a-t-elle annoncé. Par ailleurs, elle a décidé de se rendre à Genève (Suisse) en début d’année 2016, pour rencontrer les responsables du Bureau international du travail (Bit) afin de « redéfinir la notion d’Enfants victimes des pires formes de travail des enfants », avant d’annoncer la construction de deux centres d’accueil dans les zones à risque (Soubré et Ferké) grâce à la Fondation Children Of Africa.

M’BRA Konan

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites