Après la levée d’interdiction de consommation: La viande de brousse de plus en plus rare sur le marché

Publié le
apres-la-levee-d-interdiction-de-consommation-la-viande-de-brousse-de-plus-en-plus-rare-sur-le-marche Malgré la levée d’interdiction de consommation, la viande de brousse se fait de plus en plus rare sur le marché. Ph DR
Société

La consommation de la viande de brousse n’est plus une activité interdite en Côte d’Ivoire. Mais où et comment s’en approvisionner, c’est là que réside tout le problème.

Depuis la levée des mesures restrictives visant à lutter contre la maladie à virus Ebola, la viande de brousse se fait de plus en plus rare sur le marché. Et pourtant, combien sont les consommateurs qui avaient éprouvé la joie de retrouver dans leur assiette un bon plat de foutou accompagné à de la sauce graine avec de la viande d’agouti ou de biche ; le tout arrosé d’un bon vin de table.

Tenancière d’un coin de restauration à Cocody-Angré, Amoin P. n’a pas encore retrouvé la totalité de sa clientèle d’avant l’apparition de la maladie à virus Ebola en 2014. Depuis la levée de la mesure interdisant la chasse, la manipulation et la consommation de la viande de brousse par le Ministère de la Santé, elle a du mal à s’approvisionner en agoutis, biches et autres gibiers. Une situation qu’elle met sur le compte de la demande apparemment forte partout dans les restaurants.

« Depuis que le gouvernement a levé l’interdiction de consommer la viande de brousse, c’est devenu très difficile d’en avoir sur le marché. Pendant l’interdiction au moins, on réussissait à en avoir à de bons prix en cachette, mais depuis la levée de la mesure d’interdiction, on en trouve vraiment plus », explique-t-elle. Ajoutant que l’agouti qui était vendu pendant l’interdiction entre 10 000f et 15 000f est passé aujourd’hui à 25 000f. « Et même là encore, si tu n’a pas de rapports particuliers avec les chasseurs, il est difficile pour toi de t’en procurer. Pourtant, c’est la viande de brousse que la plupart des clients demandent dès qu’ils entrent dans un restaurant », confie-t-elle.

Le ministère des Eaux et Forêts responsable ?

Le 08 septembre dernier, le gouvernement ivoirien avait ordonné la levée des mesures restrictives visant à lutter contre la maladie à virus Ebola. Ces mesures qui concernaient la consommation des viandes dites de « brousse », les accolades et le serrement des mains, ont été très applaudies par les Ivoiriens. Mais depuis lors, la viande de brousse se fait encore rare sur le marché.

Dans un communiqué datant du 21 septembre 2016, le ministère des Eaux et Forêts avait regretté et mis en garde contre les appels à la consommation de viande de brousse. « Suite à l’annonce de la fin de l’épidémie de la fièvre à virus Ebola et la levée des mesures de préventions de la maladie, une vaste campagne pour la reprise de la consommation a lieu dans les medias nationaux, internationaux et sur les réseaux sociaux », avait-il dénoncé. Non sans faire savoir que la chasse est interdite en Côte d’Ivoire sur toute l’étendue du territoire depuis 1974.

« La chasse, la détention, la circulation, le commerce et la consommation de viande et de tout produit de la faune sauvage issus du braconnage sont passibles de poursuites pénales », avait rappelé le ministère des Eaux et Forêts. La pénurie de la viande de brousse actuellement sur le marché a-t-elle un rapport avec cette mise en garde ? Rien n’est moins sûr !

David YALA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.