Consommation et vente de drogues en 2012 et 2014 : 6 mille consommateurs d’héroïne et de cocaïne répertoriés à Abidjan

Société
Publié le Source : Soir info
consommation-et-vente-de-drogues-en-2012-et-2014-6-mille-consommateurs-d-heroine-et-de-cocaine-repertories-a-abidjan

Le lancement du réseau d’épidémiologie sur la consommation de drogues, dans le cadre d’un prochain atelier national de formation sur la collecte, l’analyse et la diffusion de données sur l’usage de drogues, a permis au représentant du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique (Mshp), de mettre en lumière, la situation de la consommation et de la vente de drogues à Abidjan.

C’était le mercredi 16 août 2017, à Cocody-Angré, au siège du Programme national de lutte contre le tabagisme et les autres addictions (Pnlta). Koné Blaise, directeur général (Dg) de la Santé, chargé de l’Hygiène, représentant la ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Raymonde Goudou-Coffie, a donné un aperçu. En effet, selon lui, une étude réalisée en 2005 à Bingerville, notait 8% de consommateurs de drogues parmi les élèves. « En 2011, parmi les sujets hospitalisés en psychiatrie, 4% étaient dépendants des drogues », a-t-il révélé, avant de s’inquiéter pour les autres études déjà faites : « quatre cents (400) personnes étaient détenues en 2012 à la Maison d’arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca) pour usage de drogues.

À Abidjan, en 2014, selon les données disponibles au Mshp, la consommation d’héroïne et de cocaïne, est une réalité à travers le dénombrement de plus de 6000 usagers d’héroïne et/ou de cocaïne en cristaux (Crack) dans 70 fumoirs ». Au regard de ce qui précède, M. Koné n’a pas voulu se voiler la face, en rappelant que « le trafic et la consommation de drogue sont une réalité en Côte d’Ivoire ».

C’est pourquoi, il a fondé l’espoir sur l’établissement de réseau d’épidémiologie dans les pays les plus touchés (dont la Côte d’Ivoire) pour la collecte, l’analyse et la diffusion d’informations complètes sur l’usage de la drogue. Au nom de la Mshp, il a remercié l’Union européenne (Ue), l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (Onudc) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) pour leur soutien. Cet atelier de formation qui est animé par une experte françaisen, a été ouvert en présence du Représentant résident de l’Ue.

 

M’BRA Konan

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.