Guiglo au bord d'une catastrophe naturelle : Le député Serodé Guy Hervé appelle à l'aide

Publié le Modifié le
guiglo-au-bord-d-une-catastrophe-naturelle-le-depute-serode-guy-herve-appelle-a-l-aide DR
Société

Située à l'ouest de la Côte d'Ivoire, la ville de Guiglo fait face depuis quelques jours à une situation des plus inhabituelles. La raison, une forte inondation due à une crue du fleuve N'Zo qui traverse la ville.

Les fortes pluies qui se sont abattues ces derniers jours à Guiglo ont laissé derrières elles des populations profondément meurtries. Le fleuve N'Zo, qui traverse la ville, est sorti de son lit et a inondé plusieurs quartiers au point où plus personne ne sait désormais à quel saint se confier. Député de la commune, l'honorable Serodé Guy-Hervé lance un appel de détresse à l'endroit du gouvernement afin qu'il vienne en aide aux populations."Notre ville était déjà sinistrée du fait des crises militaro-politique que notre pays a connues. Mais, là on file droit vers une catastrophe naturelle si rien n'est fait", se désole le parlementaire pour qui, "l'heure est venue pour que l'État enclenche un plan Marshall pour sauver Guiglo". Même si on ne déplore aucune perte en vies humaines actuellement, les fortes pluies qui sont tombées et qui ont fait déborder de son lit le fleuve N'Zo, ont entrainé de nombreux déplacés.

« Que le gouvernement nous vienne en aide. Nous avons besoin de déboucher les canalisations existantes de la ville et d’en construire d’autres. Mais, surtout, il faut que le ministère de la construction interdise un certain nombre de constructions anarchiques. Il y a trop de bas-fonds dans la ville. Il faut empêcher les constructions de maison dans ces bas-fonds », suggère-t-il, ajoutant qu'il est aussi temps de réhabiliter le pont à l’entrée de la ville. « Ce pont est obsolète. Pourquoi ne pas construire carrément un autre pont. A Guiglo, nous avons sérieusement besoin de pont vu que la ville est traversée par le fleuve. Il faut un 2è pont qui relie le quartier Houphouët-Boigny à la ville », insiste l'honorable Serodé.

David YALA