Conflits inter-communautaires: Des morts et plusieurs blessés à l'ouest

Société
Publié le Source : L'inter
conflits-inter-communautaires-des-morts-et-plusieurs-blesses-a-l-ouest Photo d'archives

Un conflit inter-communautaire a fait des morts et plusieurs blessés dans la région du Tonkpi, depuis le 1er décembre dernier.

La localité de Binleu, située à 4 km de Mahapleu, dans le département de Danané, vit une situation difficile. Un conflit communautaire entre autochtones et allochtones a fait, du 1er décembre 2017 à ce jour, 4 morts et trois blessés gravement qui suivent des soins à l'hôpital de Mahapleu et au Centre hospitalier régional (Chr) de Man. Le passage de notre équipe de reportage, jeudi 7 décembre 2017, sur les lieux du conflit, a permis d'en savoir un peu plus sur cette affaire. Selon le chef du village de Binleu, Gouagon Koué Lazare, assisté de sa notabilité, c'est une histoire de forêt qui a dégénéré dans le campement nommé ''Guinée''. A en croire le chef, un des protagonistes aurait tabassé son tuteur, et s'apprêtait à « l'achever » lorsqu'est arrivé un troisième homme. Ce dernier se serait emparé d'un bois pour assommer l'auteur de la bastonnade, mort sur le coup. Après les constats des forces de l'ordre de Mahapleu, la communauté autochtone découvre, le même soir, le corps sans vie de l'épouse de leur frère tué. La communauté allochtone, pour venger ses morts, a incendié les campements environnants appartenant aux autochtones. Au dire du chef de Binleu, la peur a gagné ses administrés, qui ont décidé de fuir le village. Malgré l'intervention du sous-préfet de Mahapleu et de la gendarmerie pour ramener le calme, a-t-il poursuivi, un couple à Flampleu, à quelques kilomètres de Binleu, a été criblé de balles par des inconnus. Beh Dominique, le chef de famille, a succombé à ses blessures tandis que son épouse et son bébé ont été transférés au Chr de Man. Le bébé, selon une source locale, est décédé, mercredi 6 décembre, dans la soirée, et sa génitrice reçoit les soins appropriés. Un autre jeune, originaire de Mahapleu, aurait aussi reçu une balle dans le dos. En moins d'une semaine, avons-nous appris sur place, le conflit a occasionné 4 décès et trois blessés. Les populations de la sous-préfecture de Mahapleu et d'autres villages aux alentours vivent en ce moment dans la peur. Dans le village Binleu, d'où est partie la crise, les jeunes se sont organisés pour sécuriser le village. Nous avons approché le chef de la communauté allochtone de Binleu pour avoir sa version des faits. Il a indiqué que sa communauté et leurs tuteurs vivent en bonne intelligence. Pour lui, le couple tué n'était pas listé dans sa base de données de Binleu. Il a rassuré ses tuteurs que tout est rentré dans l'ordre et qu'ils ont intérêt à s'entendre pour le développement du village. « Nous avons intérêt à nous entendre car tous nos biens se trouvent sur la terre de Binleu », a-t-il souligné.

 

Achille KPAN

Correspondant régional