Autoroute de Grand-Bassam : Encore des accidents au rond-point d'Anani

Publié le Modifié le
autoroute-de-grand-bassam-encore-des-accidents-au-rond-point-d-anani
Société

Le carrefour à sens giratoire du village d'Anani sur l'autoroute de Grand-Bassam a encore fait des victimes ce week-end. Deux accidents s'y sont produits dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 février et ont fait des blessés dont le nombre reste indéterminé.

 Il y a exactement 11 jours, le conducteur d'une Mitsubishi s'est tué à, lorsque sa voiture est rentrée en plein dans les glissières métalliques qui entourent ce rond-point. Les nombreux usagers de cette route à grande circulation n'ont pas encore fini d'épiloguer sur cet endroit très meurtrier de la voie, que deux autres accidents se sont produits au même carrefour. Si le premier n'a pas été particulièrement grave, à part les glissières en fer qui ont cédé sous le choc du véhicule, le deuxième par contre a été spectaculaire. La Honda 4x4 de couleur bleue a arraché tout sur son passage, aussi bien les glissières en fer que celles en béton armé. Ce sont certainement ces dernières qui ont causé le plus de dommage au véhicule.

Projetée dans le décor, la Honda a atterri sur l'épave de la Mitsubishi qui gisait depuis 10 jours au centre du rond-point. L'état du véhicule n'augure rien de rassurant pour ses occupants dont on ignore le nombre. Les nombreux usagers de la voie qui faisaient une halte pour regarder cet accident spectaculaire, ne manquent pas de critiquer, voire de décrier la construction de l'ouvrage. Son emplacement, peu signalé par des panneaux, surprend nombre d'automobilistes, surtout ceux qui n'ont pas l'habitude d'emprunter la voie. Pour l'un des usagers, ce rond-point est inutile :

« C'est même une absurdité », fait-il savoir, avant d'en donner les raisons : « Un carrefour à sens giratoire s'impose, lorsqu'il y a quatre différentes directions à emprunter par les automobilistes. Celui d'Anani ne dessert que deux voies : l'ancienne route de Bassam et la nouvelle». Pour renforcer les glissières en fer qui volent en éclats à chacun de ces chocs, l'Ageroute a fait poser des glissières en béton armé autour de l'ouvrage. Cette solution n'a fait que rendre ces accidents plus mortels, car ces blocs de béton sont de véritables rocs qui ne laissent aucune chance à tous ceux qui s'y frottent.

Ne faut-il revoir la conception de ce rond-point qui continue d'endeuiller des familles ? C'est en tout cas le souhait de tous ceux qui empruntent cette voie.

 

Charles d'ALMEIDA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Charles d’Almeida
Voir ses articles