Trafic d’êtres humains : Un vaste réseau démantelé par la Brigade mondaine; Une proxénète et son marabout arrêtés

Société
Publié le Source : Soir info
trafic-d-etres-humains-un-vaste-reseau-demantele-par-la-brigade-mondaine-une-proxenete-et-son-marabout-arretes

Fin de parcours pour Helen John. Cette proxénète et Musbau Ayola, son charlatan ont été arrêtés par la Brigade mondaine, au terme d’une opération menée, du jeudi 13 au samedi 15 septembre 2018, dans la commune de Port-Bouët, sur information anonyme.

De fait, dans la commune de Port-Bouët, Helen John s’était spécialisée dans le trafic d’êtres humains. Elle se rendait régulièrement au Nigeria, son pays natal, et faisait croire aux parents de jeunes filles rurales qu’elle peut changer le cours de leur destin, en les faisant travailler dans de grandes entreprises, dont elle est propriétaire en Côte d’Ivoire. Mordant à l’hameçon, les parents confiaient gracieusement leurs filles à cette femme, sans songer qu’elle est en réalité une entremetteuse. C’est une fois arrivées à Abidjan, la capitale économique, que Ijoko Joy, Rihana Nina, Erina Agbo et Anyan Lee Raimeet, les quatre (4) filles comprennent qu’elles se sont fait prendre dans la nasse de l’esclavage sexuel. Elles sont contraintes de vendre leurs charmes dans un ghetto situé dans les environs du marché de nuit de Port-Bouët.

A relire: Trafic d’êtres humains : Un pasteur et une de ses fidèles arrêtés ; Ce que Mabri Toikeusse a fait

Et ce, afin de rembourser à leur ‘’Madam’’(nom de leur propriétaire) à laquelle elles ont été vendues par la proxénète. Le montant à rembourser varie entre 1,5 et 2 millions de F Cfa. Mais avant cette vie dépravée à laquelle les jeunes filles ne s’attendaient pas, Helen John les soumettait à un choc psychologique afin de les amener à ne pas résigner à la pratique de la prostitution. Pour y arriver, elle fait appel à Musbau Ayola, son marabout. Selon le lieutenant Rodrigue Vibi, chef des opérations et des investigations à la Brigade mondaine, les filles sont alors trimbalées dans l’antre du marabout situé dans le quartier Adjouffou de Port-Bouët. Là-bas, le charlatan, avec l’accord d’Helen John, soumet les jeunes filles à un lavement de cerveau en les menant à jurer sur un fétiche. Mieux, Musbau Ayola fait ingurgiter des mixtures aux filles en les faisant croire qu’elles perdront la vie si elles venaient à dénoncer l’entremetteuse et leurs ‘’Madam’’.

Après les séances d’occultisme chez le marabout,les quatre (4) jeunes filles sont logées dans des chambres d’un ghetto, situé dans les environs du marché de nuit de Port-Bouët. Elles devraient, chaque jour, se prostituer pour payer leur liberté. Ne supportant pas cette vie de débauche à laquelle Ijoko Joy et ses camarades étaient contraintes, une personne saisit discrètement la Brigade mondaine. L’opération d’investigation menée du jeudi 13 au samedi 15 septembre 2018 a porté ses fruits. En plus de démanteler ce vaste réseau de trafic d’êtres humains, le lieutenant Rodrigue Vibi et son équipe ont arrêté une proxénète et son marabout, et libéré les jeunes filles.

A en croire le chef des opérations et des investigations de la Brigade, la perquisition du domicile du charlatan par son équipe, en collaboration avec des éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi), a permis de découvrir dans l’antre du marabout, des gris-gris, des têtes de cobra, des peaux d’animaux sauvages accrochées au mur, des fétiches imbibés de sang coagulé, des statuettes...Auditionnés le dimanche 16 septembre 2018, la proxénète et le charlatan, au dire du lieutenant Rodrigue Vibi, ont reconnu les faits qui leur sont reprochés. Ils ont surtout confirmé, a dit l’officier de police, les propos accablants des jeunes filles. Helen John et Musbau Ayola seront déférés aujourd’hui mardi 18 septembre 2018, devant le procureur de la République près le tribunal d’Abidjan Plateau pour répondre des faits qui leur sont reprochés. Quant aux quatre (4) jeunes filles prises en charge par le commandant de la Brigade mondaine, le commissaire Eugène Blai, sur ordre du préfet de la Préfecture de police d’Abidjan, elles seront remises officiellement aux autorités nigérianes, au terme de la procédure en cours.

 

Elysée YAO

 

 

Photo : DR