Yamoussoukro : La Fondation Félix Houphouët-Boigny vole au secours du centre Miégou

Publié le
yamoussoukro-la-fondation-felix-houphouet-boigny-vole-au-secours-du-centre-miegou
Société

Le centre Miégou qui signifie en Baoulé "L'autre moi-même ou mon prochain", l'une des nombreuses œuvres caritatives laissées par l'ex-Président, Felix Houphouët-Boigny d'une capacité de 250 places qui accueillait des démunis et des handicapés aujourd'hui se meurt depuis le décès de ce chef d'État qui s'en occupait personnellement durant toute sa mandature.

Des toilettes avec des sanitaires désormais hors d'usage, les quatre bâtiments de cet établissement d'accueil qui reçoivent dorénavant des pensionnaires composés de malades d'AVC, d'hémiplégie, des invalides et autres populations déshéritées connaissent des problèmes d'étanchéité. A ces difficultés s'ajoutent l'insuffisance de vivres pour les malades et une salle de réanimation dotée de machines obsolètes connaissant des pannes régulières et le manque de matériels de travail dont doivent s'en servir le personnel, fort d'une dizaine de personnes, bénévoles et eux- mêmes sans revenus mensuels.

C'est pour voler au secours de ce centre de bienfaisance que la Fondation Houphouët-Boigny lui a fait don de 2 millions FCFA le samedi 29 février dernier lors d'une cérémonie à laquelle ont pris part des autorités de la région. Selon Jean-Noël Loucou, secrétaire général de cette structure donatrice, ce geste rendu possible grâce à la sollicitude de la LONACI, vise à accompagner le centre Miégou dans ses activités.

Et le secrétaire général de féliciter les responsables du centre pour avoir su maintenir et entretenir cet établissement d'accueil qui a ouvert ses portes depuis 1978 et de le faire fonctionner en dépit de ses nombreuses difficultés. Justifiant ce don, il a indiqué que « nous avons un devoir moral de solidarité envers ceux qui sont dans des difficultés et qui ont des problèmes de santé ». Tout en promettant d'aider le centre quand il pourra. Sœur Josephine- Agnès, conseillère du centre a exprimé sa gratitude au Professeur Jean-Noël Loucou pour ce geste pour le moins salvateur. Non sans appeler d'autres bonnes volontés à faire autant pour sauver le centre. Afin de « continuer selon elle l'œuvre d'Houphouët-Boigny de sorte qu'il sache qu'il a laissé derrière lui des enfants dignes de lui ».

 

Pauquoud Charles Noël