Bingerville/village de Bregbo : La désignation d'un nouveau chef pose problème

Publié le
bingerville-village-de-bregbo-la-designation-d-un-nouveau-chef-pose-probleme Percile Kacou Kokora (à gauche) et Marc Mobio N’Djamo tentent de calmer le jeu à Bregbo.
Société

Au cours d'une conférence de presse qui a eu lieu, le samedi 28 mars 2020, à Bregbo, village situé à 8 km de Bingerville, chef-lieu de sous-préfecture, le doyen d’âge de la génération Tchagba – qui prend le pouvoir-, Percile Kacou Kokora, et le guerrier de la génération Dougbô -génération sortante-, Marc Mobio N’Djamo, ont marqué leur opposition à la désignation d'un nouveau chef du village. En l'occurrence, Félix Amani Atcho.

Celui-ci a été choisi pour conduire le village de Bregbo, durant les 6 prochaines années. Or, il se trouve que, selon les conférenciers, il y a eu un vice de procédure dans la désignation de cette personne. Ils dénoncent même une ‘’forfaiture et un passage en force’’ de la part de la génération sortante. Il n'y aurait pas eu de consentement dans le choix de ce chef, entre les générations sortante et montante.
« Conformément à la coutume Atchan, la génération au pouvoir prend un ou plusieurs membres de la génération ascendante, dans le cadre de la gestion du village. Mais ces gens que la génération donne à celle qui est au pouvoir, à l’avènement de la leur au pouvoir, ces derniers ne sont plus éligibles au poste de chef de village. Félix Atcho Amani a occupé le poste de responsable foncier sur le pouvoir sortant. Il est vrai qu’il est Tchagba, mais aujourd’hui que sa génération vient au pouvoir, il ne peut pas prétendre être chef de notre village. Il n’en détient pas le droit », a déclaré le doyen d’âge des Tchagba, Percile Kacou Kokora. À l'entendre, M. Atcho peut être néanmoins reconduit dans les fonctions de responsable foncier du village. « Nous constatons que la génération Dougbô veut nous imposer son responsable foncier. La raison, nous l’ignorons. Mais nous les Tchagba disons non. Nous disons non à cette forfaiture. Pour nous et pour toutes les bonnes mœurs, il est simplement question d’une forfaiture, d’un passage en force institué par les dirigeants sortants du village, dont le mandat a pris fin depuis décembre 2020 », a-t-il indiqué. Faut-il le souligner, un vent de renouvellement de génération au pouvoir dans le pays Ébrié s'opère depuis le mois de décembre 2019. La génération Dougbô, au pouvoir, passe progressivement la main à la génération cadette, les Tchagba. Ainsi, à en croire le doyen des Tchagba de Bregbo, « le nouveau chef, nous ne l’avons pas encore choisi. Il existe 4 candidats mais le choix définitif n’a pas encore été fait. De plus, le doyen du village, qui entérine le choix du chef, est actuellement convalescent. C’est donc avec une grande surprise que nous apprenons que Atcho dit qu’il est le nouveau chef de notre village ».
Quant à Marc Mobio N’Djamo de la génération Dougbô, il a appelé au calme et à l'unité des fils et filles de ce village pour amorcer son développement. « Nous disons à notre frère de ne pas se laisser manipuler par la génération dougbô, mais de venir s’ajouter à nous afin de nous apporter cette expérience qu’il a des affaires, pour que le nouveau chef qui sera bientôt désigné, puisse mieux travailler dans le sens du développement infrastructurel de Bregbo », a-t-il dit. Pour sa part, Félix Amani Atcho a affirmé, par téléphone, qu'il réagirait promptement. Toutefois, il a laissé entendre qu'« on m’incrimine parce que j’ai simplement respecté les règles de notre constitution (tradition). Mais je tiens à le dire, je connais totalement notre tradition… ».

Hervé KPODION