Lutte contre le coronavirus / Yamoussoukro : Une employée perd l’usage de sa voix suite au port d'un cache-nez

Publié le
lutte-contre-le-coronavirus-yamoussoukro-une-employee-perd-l-usage-de-sa-voix-suite-au-port-d-un-cache-nez Il faut faire attention au cache-nez qu'on porte
Société

Miss Nadia acceptera t-elle encore de porter des cache-nez, masques et autres accessoires destinés à la protection faciale, en ces temps de crise sanitaire ou la méfiance, la prudence ainsi que la vigilance doivent être de mise chez tous ?

La question mérite d’être posée, au regard des moments d’incertitudes et de peur qu’elle vient de vivre ces temps-ci. En effet, cette dame, employée dans un des supermarchés de Yamoussoukro, a dû passer des jours sans pouvoir faire usage de sa voix, car devenue subitement aphone après avoir porté un cache-nez. De quoi s’agit-il ? Au dire des informations portées à notre connaissance de sources proches de cette affaire qui alimente les conversations à Yamoussoukro, Nadia qui travaille dans les rayons de cette grande surface commerciale de la capitale politique et administrative a besoin de masque, afin d’être en conformité avec les exigences du moment. Protection contre la propagation de maladie à Covid-19 oblige. C’est que dans le cadre du service, on lui passe un cache-nez qu’elle porte pendant un moment de la journée. Mais les choses se compliquent après, avec à la clé des difficultés d’ordre sanitaire. Car suite à cela, la pauvre Nadia se sentira mal au point de perdre même totalement l’usage de sa voix. Un mal qui a dû la clouer, pendant des jours, loin du travail. Elle sera, d’ailleurs, contrainte à un congé dont elle devrait revenir, au mieux de cas, le mercredi 08 avril 2020, à l’effet de reprendre le service.

Toujours suite au port de masque, comme le recommande la situation sanitaire de l’heure, et à des degrés moindres, d’autres victimes ont été enregistrées, au nombre desquelles une dame, restauratrice de profession, qui a vu son visage, notamment, les alentours de sa bouche et de son nez, se recouvrir de boutons. Tout comme cette dame, divers témoignages éloquents font état de personnes qui portent des séquelles suite au port de ces cache-nez aux origines mais aussi aux qualités parfois bien douteuses que des commerçants ambulants vendent à différents coins des rues.

Mais qu’est ce qui pourraient bien être à l’origine de tous ces ennuis sanitaires et autres allergiques dus au port des cache-nez, masques et autres matériels de protection faciale utilisés par ces personnes conformément aux prescriptions et aux recommandations des autorités compétentes ? Difficile, pour l’instant, de répondre avec grande précision à cette interrogation. Toutefois, l’on relève que ces différents ennuis surviennent dans un contexte où il est procédé à plusieurs saisies d’importants lots de cache-nez et marques de protection généralement d’origines douteuses dont certains sont périmés, il y a de cela des années déjà. Aussi, il est vivement demandé aux populations de redoubler de vigilance dans le choix de ces matériels même si parfois cela s’avère difficile pour le citoyen de distinguer le bon cache-nez ou autre masque du mauvais dès lors qu’on les sort de leurs emballages ou conditionnement d’origine.

Camille SIABA (Correspondant régional)