Lutte contre le coronavirus/Attiégouakro: La population oblige une ''benguiste'' à l’isolement Les funérailles annulées

Publié le
lutte-contre-le-coronavirus-attiegouakro-la-population-oblige-une-benguiste-a-l-isolement-les-funerailles-annulees La population du département d’Attiégouakro en a donné, récemment, la parfaite illustration, en obligeant littéralement une dame résidant en Europe, communément appelée Benguiste, à se soumettre à la mesure d’isolement et de confinement requise par l
Société

La nécessité de lutter contre la propagation de la maladie à Coronavirus semble bien perçue par tous. La population du département d’Attiégouakro en a donné, récemment, la parfaite illustration, en obligeant littéralement une dame résidant en Europe, communément appelée Benguiste, à se soumettre à la mesure d’isolement et de confinement requise par les autorités compétentes, en cas de doute. De quoi s’agit-il ?

Selon les informations portées à notre connaissance, le jeudi 16 avril 2020, par Dr. Miézan Egnankou, directeur régional de la Santé et de l’Hygiène publique de Yamoussoukro, en marge de la 5e réunion du comité départemental de lutte contre les pandémies, une dame, revenue de France en vue d’organiser les funérailles de ses défunts parents, n’a pu le faire, en dépit des deux (02) bœufs et bien d’autres dispositions qu’elle a prévus, à cet effet. «Lorsque la population, sensibilisée, a été informée de cette situation, c’est elle-même qui est venue, très rapidement, nous dire qu’il y a une dame revenue de France qui est présente à Attiégouakro, pendant qu’elle était susceptible d’être mise en quarantaine», a expliqué Dr. Miézan, montrant ainsi le degré d’engagement et d’implication de la population, dans la lutte contre la pandémie.

«Le comité s’est mis en marche. Les funérailles ont été annulées et la dame mise en confinement. Ce sont les villageois mêmes qui ont aidé l’équipe d’intervention rapide à suivre son isolement. Ils étaient plus motivés que nous-mêmes. Lorsque nous sommes allés lever son isolement après quatorze jours, les populations ont voulu qu’on mette encore deux jours dessus», a poursuivi le directeur régional de la Santé et de l’Hygiène publique, non sans saluer cet élan de la population locale.

Aussi, a-t-il saisi cette occasion pour rappeler à tous, la nécessité de respecter et de faire respecter le plus rigoureusement possible, les mesures de protection prescrites par les autorités compétentes. «Aujourd’hui, le monde entier nous regarde. Déjà, les pays développés ont des problèmes pour maîtriser la pandémie. Cela doit nous interpeller et nous faire comprendre que c’est en persistant dans la sensibilisation, que nous allons vaincre le Covid-19», a fait savoir le premier responsable de la santé à Yamoussoukro. Avant de rappeler qu’un vaccin contre le Coronavirus ne peut être disponible au plus tôt, qu’à la fin de juillet prochain.

 

Camille SIABA

(Correspondant régional)