Médias/Atelier de formation: L’AJSCI forme la presse sportive sur la médecine du sport

Publié le
medias-atelier-de-formation-l-ajsci-forme-la-presse-sportive-sur-la-medecine-du-sport Ils étaient très nombreux, les journalistes, les étudiants, les athlètes de haut niveau… qui ont pris part à l’atelier organisé par l’Ajsci (ph : DR).
Société

L’Association des journalistes sportifs de Côte d’Ivoire (Ajsci) a organisé un atelier de formation en collaboration avec le Centre de médecine du sport (Cms) de l’Institut national de la jeunesse et des sports (Injs), le 4 décembre 2020 à Marcory sur le thème: «Le journaliste sportif face aux défis de la médecine du sport».

4 sous-thèmes étaient arrimés à cette cession qui a connu un réel engouement, au regard de la cinquantaine de participants (journalistes, étudiants, athlètes…). Placée sous le parrainage de l’Intendant Général Lassana Palenfo, président du Comité national olympique de Côte d’Ivoire (Cno-Civ), représenté par le professeur Dah Cyrille, la formation a enregistré la présence de Namama Nadège, vice-présidente du Cno-Civ, par ailleurs présidente de la Commission communication de cette institution ainsi que plusieurs acteurs du mouvement sportif ivoirien. «Merci au général Palenfo…»

Avant le démarrage des travaux, le président de l’Ajsci, Alphonse Camara, qui fait de la formation de ses membres, une priorité, s’est voulu reconnaissant envers toutes les personnalités et les institutions qui ont concouru à l’effectivité de cet atelier. «Permettez-moi de vous dire un grand merci au nom de l’Ajsci (…) Et si nous organisons notre première activité, c’est comme un coup du destin. Dieu l’a voulu ainsi pour que nous vous disions de vive voix merci parce que vous avez été de toutes les étapes. (…) Vous vous êtes toujours montré disponible pour nous permettre de tenir nos réunions dans vos locaux. Veuillez transmettre au ministre Claude Paulin Danho notre reconnaissance pour tous ses efforts tendant à développer le sport dans notre pays. L’Ajsci se tient à sa disposition pour l’accompagner dans sa mission à la tête du département des sports», a-t-il dit à l’endroit du directeur général de l’Injs, Habib Sanogo, représentant le ministre des Sports. Précisant que l’Ajsci n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. «Cet atelier est le premier d'une série que l'Ajsci va organiser avec l'appui de l'Injs», a souligné M. Camara qui a demandé au Pr. Dah Cyrille, de transmettre également au président du Cno-Civ, l’Intendant général Lassana Palenfo, parrain de la cérémonie «toute notre fierté». «Nous nous engageons à mériter sa confiance, à agir dans le strict respect de la Charte olympique pour une Côte d’Ivoire sportive encore plus reluisante», a-t-il déclaré.

Le garant de l’Ajsci n’a pas oublié Dr Eric Allangba, Dr Yacé Félicien et Dr Cécile Kadio qui ont gratifié leurs «impétrants» du jour de leurs explications, témoignages et explications avisés. Ses remerciements sont allés également à l’endroit d’Anne Marie N’Guessan, présidente de l’Union nationale de la presse sportive de Côte d’Ivoire (Unpsci), représentée par une forte délégation conduite par Clément Diakité, son vice-président. Lors des communications, Dr Allangba, a d’abord présenté son livre intitulé «Médecine du sport, pour mieux comprendre les traumatismes». Cette œuvre, la première du genre sur la médecine du sport en Côte d’Ivoire et préfacée par l’éminent professeur Constant Roux, père fondateur de cette spécialité, referme 32 thèmes. Il a entretenu aussi les participants sur le sous thème: «Médecine du sport, mythe ou réalité». Dans son sillage, Dr Cécile Kadio a développé «L’impact du Covid-19 sur le sport».

«Rodchenkov Act»

Quant à Dr Félicien Yacé, son exposé a porté sur le dopage, la lutte antidopage, les dangers du dopage, l’utilisation des anabolisants… «La responsabilité du médecin est engagé à partir du moment où il prescrit un médicament à un athlète», a prévenu Dr Yacé, parlant du rôle du médecin de sport face au dopage. Intervenant sur le «Rodchenkov Act», une loi controversée permettant à la justice américaine de poursuivre hors de ses frontières toute personne impliquée dans une affaire de dopage à l'échelle internationale, et également sur la menace du gouvernement américain de cesser son aide financière à l’Agence mondial antidopage (Ama), si celle-ci n’adopte pas immédiatement de profondes réformes, le directeur du Centre de médecine du sports de l’Injs, a indiqué que cette loi est «politique». «Les Américains ont pris cette loi parce qu’ils estiment qu’après le scandale du dopage en Russie, l’Ama n’a pas pris des sanctions assez fortes contre les Russes», a-t-il indiqué, avant d’ajouter: «Mais il n’y a pas que la Russie qui a un problème de dopage. Il y en a aussi aux Etats-Unis. Je pense que le «Rodchenkov Act» est politique. Il appartient aux politiques de régler ce problème...», a-t-il déclaré, illustrant ses propos avec des scandales de dopage impliquant des champions américains, entre autres Carl Lewis, Marion Jones et Lance Armstrong, parmi les plus célèbres.

Le Prof Dah Cyrille a également soutenu cette position, ajoutant qu’il s’agit d’une loi aux allures politiques qui interpelle les Etats. «La Fifa et la Caf ne badinent pas concernant les mesures barrières pour les athlètes. Lors de la 3e et 4e journée des éliminatoires de la Can 2022, deux équipes ont perdu sur tapis vert pour avoir manqué leurs tests. Les ramasseurs de balle sont réduits à 6 désormais, le ballon et tout le matériel sont désinfectés avant les matches...», a-t-il révélé ; s’agissant de la Covid-19. Le représentant du parrain a pris une part active à l’animation de la formation. Le «Maître» a partagé son expérience avec ses filleuls praticiens, à chacune de leur communication sur les différents sous-thèmes retenus. Toute chose qui a été à l’avantage des journalistes sportifs qui sont repartis de l’Injs enrichis de leurs connaissances sur la médecine du sport.

Landry BEUGRE