Consolidation de la paix au nord-est de la Côte d’Ivoire

La Fao et le Pnue initient un projet pour une gestion participative et planifiée des ressources naturelles du Gontougo et du Bounkani

Publié le
la-fao-et-le-pnue-initient-un-projet-pour-une-gestion-participative-et-planifiee-des-ressources-naturelles-du-gontougo-et-du-bounkani Ce projet durera jusqu’à la fin du premier semestre de 2023.
Société

Dans le cadre de la consolidation de la paix dans la zone frontalière du nord-est de la Côte d’Ivoire, la Fao et le Pnue ont récemment lancé un projet pour une gestion participative et planifiée des ressources naturelles. David Solano, superviseur du projet, par ailleurs expert en mobilisation des ressources à la Fao Côte d'Ivoire, a expliqué les objectifs du projet et donné des détails sur sa réalisation.

Un récent atelier de lancement du projet, réalisé conjointement avec la Fao et le Pnud, « Appui à la prévention des conflits et consolidation de la paix dans la zone transfrontalière du nord-est de la Côte d’Ivoire » a eu lieu dans la commune de Cocody. Il s’agit de renforcer la paix au nord-est du pays, par le biais d’une gestion participative et planifiée des ressources naturelles. « C'est un projet de consolidation de la paix. Il y a programme des Nations unies pour la consolidation de la paix pour les pays qui sont sortis d'une crise sécuritaire récemment. La Côte d'Ivoire, ça fait déjà du temps qu'elle est sortie de la crise mais le programme demeurait encore actif en Côte d'Ivoire. C’est l’un des derniers projets pour prévenir les conflits qui débordent des fois dans des crises sécuritaires », a déclaré David Solano.

Ce projet vise à réduire les conflits communautaires pour l’exploitation et le contrôle des terres et des ressources naturelles au nord-est de la Côte d’Ivoire. Cela, par la mise en place de mécanismes de gestion participative et inclusive des ressources naturelles, le renforcement du dialogue avec les autorités locales et le développement d’alternatives économiques viables qui permettront d’assurer une utilisation durable des ressources naturelles nécessaire à la résilience des communautés face au changement climatique. « Tout ce qui concerne la gestion des ressources naturelles est à la base de beaucoup de conflits surtout quand il y a des tendances de compétitions sur ses ressources, et quand la planification, l’organisation d’exploitation de ses ressources n’est pas totalement maitrisée », a fait remarquer le superviseur du projet.


Pour sa part, Seka Michel, directeur de la Cohésion sociale, a indiqué que pour le ministère de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, il était important d’apporter son soutien à l’initiative. « C’est un projet très important qui va réduire les tensions intercommunautaires dans la zone frontalière du nord-est de la Côte d’Ivoire, et également faire la promotion du dialogue avec toutes les parties prenantes en vue de stabiliser tout ce qui est aspect économique et social dans les localités », a ajouté le directeur de la Cohésion sociale. Seka Michel a signifié que l’appui du ministère se fera au niveau institutionnel et opérationnel.

Notons que les populations ont été invitées à s’approprier le projet.

 

Eddy BIBI