Grand-Bassam : Les populations de Petit Paris célèbrent la paix et la cohésion

Publié le
grand-bassam-les-populations-de-petit-paris-celebrent-la-paix-et-la-cohesion (PhDR)
Société

Les populations de Petit-Paris, un village de Grand-Bassam étaient en fête le lundi 5 avril 2021. Cette fête de retrouvailles, de réconciliation, de cohésion et de paix est aussi un moment historique qui marque une autre étape dans la vie de ce village dont la cohésion avait été mise à mal par des conflits tant au niveau de la chefferie que de la jeunesse et dans les familles.

L’initiative des co-parrains professeur Fassinou Crespin, président de l’Ong Children’s hope international et le chef du village Nanan Kindja Tanoh est de consolider la cohésion retrouvée entre les fils et filles du village. Pour la circonstance, ont été confectionnés des tee-shirts de couleur bleu nuit et bleu ciel, estampillés du slogan « Ensemble pour un nouveau départ ‘’ Edovlant ‘’ ». La plupart des vieux, jeunes et enfants avaient arboré ces tee-shirts, expression de leur adhésion au retour à la normale dans le village. La note artistique avait été assurée par des artistes de renom et des danses traditionnelles du village.

 

Interrogé bien avant, le chef Kindja Tanoh en présence de quelques notables, a insisté sur l’importance de ces festivités, qui viennent marquer un nouveau départ dans la gestion de village, après avait enregistré les années précédentes beaucoup d’évènements malheureux. « En 2020, il y a eu au moins 15 décès dans le village, sans précédent. Outre les conflits survenus autour de la chefferie, au niveau de la jeunesse et et dans les familles », a rappelé l’autorité traditionnelle.  

 

Depuis notre accession au trône, explique le chef, nous avons engagé des projets de développement, et faire en sorte que les villageois vivent à l’aise. Les actions annoncées sont, entre autres, l’enlèvement régulier des ordures, le nettoyage des rues. Le chef Kindja qui fait de l’autonomisation une de ses priorités, prévoit octroyer des financements aux femmes pour soit initier ou développer des activités génératrices de revenus. Pour la faisabilité de ce projet, le chef Kindja Tanoh a annoncé lancer une opération de recensement des projets. Il a dit compter sur l’adhésion des populations aux différents projets initiés au profit du village.

 

Les villageois de Petit Paris ont salué l’engagement du Professeur Fassinou Crespin aux côtés de la chefferie pour cette action qui consacre la cohésion dans le village. Ce panafricaniste a levé un voile sur sa vision de développement du continent Africain, qui explique-t-il passe par des actions de développement communautaire de base. « C’est pourquoi nous avons décidé de nous engager aux côtés de Petit Paris pour célébrer la cohésion et la paix retrouvée entre les populations », a confié le panafricaniste Fassinou. L’autre raison évoqué poursuit-il, c’est que le développement de notre Afrique dont nous en sommes fiers, ne peut se faire en dehors de l’union et de l’amour, outre la volonté et l’engagement à s’investir partout ou besoin se fera sentir.

 

Marcelle AKA