Le commissaire du gouvernement Ange Kessy donne l’identité des assaillants de l’attaque de N’dotré : "il ne s’agit pas de djihadistes"

Société
Publié le Source : Linfodrome
le-commissaire-du-gouvernement-ange-kessy-donne-l-identite-des-assaillants-de-l-attaque-de-n-dotre-il-ne-s-agit-pas-de-djihadistes Le commissaire du gouvernement ivoirien, le contre-amiral Ange Kessy.

Le commissaire du gouvernement ivoirien, le contre-amiral Ange Kessy, a déclaré jeudi sur les antennes de la RT1 au journal télévisé de 20 H, l'attaque ayant visé le camp militaire de N’dotré, dans le Nord d'Abidjan, ne provenait "pas de djihadistes".

« Nous avons les premiers éléments de l'enquête qui a commencé hier (mercredi)", a dit le magistrat Ange Kessy qui a révélé l'identité des assaillants appréhendés, notamment "Bedel Rickens (Libéria), Kana Djimi (Libéria) et Gnepa Valentin (ivoirien), le quatrième n'ayant pas de pièce. Au regard de ces données et des appels persistants en provenance du Liberia sur le champ des opérations "nous sommes dits que ce sont des gens qui ont leur base au Liberia ». A-t-il déclaré le procurer militaire.

Le procureur militaire a également soutenu que ces assaillants avaient certainement leurs complices, il a souligné le fait des appels entrants provenance du Liberia voisin : « Appelaient pour savoir la suite des opérations, un seul portable crépitait 20 ou 30 fois, également des armes blanches comme des armes létales ont été saisies ainsi que des portables sur les corps des assaillants ». A ajouté le commissaire du gouvernement

Dans son explication, le contre-amiral a fait quelques précisions sur les enquêtes « Nous avons eu sur le champ de bataille trois morts, le quatrième assaillant a été blessé et nous avons eu le temps même au niveau des enquêtes de l'interroger pendant 10 à 15 minutes avant qu’il ne succombe de ses blessures à l'hôpital militaire d'Abidjan ». A-t-il laissé entendre.


Quant au colonel Boubacar Sakho, porte-parole de l'armée ivoirienne, qui était à ses côtés sur plateau télé, a rassuré « les populations que toutes les dispositions sécuritaires ont été prises pour qu’elles puissent vaquer de façon sereine à leurs occupations. Face aux rumeurs suscitées par les opérations menées par les forces de défense et de sécurité en matière de ratissage, de contrôle et de bouclage. C'est pourquoi l'État-major a tenu à venir rassurer les populations ivoiriennes. Les populations ne devraient en aucun cas céder à une psychose inopinément créée, car ces opérations sont consécutives à l'attaque qui a eu lieu dans la nuit du 20 au 21 avril 2021 et qui a ciblé la base militaire de N’dotré, dans la commune d'Abobo. Ces opérations ont pour but d'appréhender les auteurs de cette attaque et de tout individu qui aurait pu participer à ces attaques, au regard de l'objectif, on ne peut pas prévenir les populations au préalable ». A-t-il expliqué le porte-parole de l’armée ivoirienne.

IL faut noter que l'attaque a visé le poste de police de l'entrée principale du camp militaire de N’dotré qui accueille le bataillon ayant pour objectif d'assurer la relève du contingent ivoirien à Tombouctou, au Mali.