Accident d’origine professionnelle :  2.780.000 décès enregistrés chaque année

Société
Publié le Source : Linfodrome
accident-d-origine-professionnelle-2-780-000-deces-enregistres-chaque-annee (PhDr)

Le nombre de personnes victimes d’accidents d’origine professionnelle dans l’espace Iaprp (Inter-africaine de la prévention des risques professionnels) dont la Côte d’Ivoire est membre, qui décède, chaque année, s’élève à 2.780.000. Une situation qui engendre des pertes économiques et sociétales pour les entreprises et l’État ivoirien. C’est Lepeyre Frederick, représentant pays de l’Organisation internationale du Travail (Oit), qui a livré ces informations, le vendredi 30 avril 2021, à l’occasion de la double célébration de la 25e Journée africaine de la prévention des risques professionnels (Japrp) et la 19e Journée mondiale de la Sécurité et de la Santé au Travail (Jmsst) qui a eu lieu, à l’auditorium du Centre national de protection sociale (Cnps) au Plateau.

Se félicitant de la tenue desdits journées en Côte d’Ivoire, Lepeyre Frederick a reconnu les efforts du gouvernement ivoirien, dans sa politique de promotion de la santé et la sécurité au travail.

En présence de nombreux travailleurs présents, Me Adama Kamara, ministre de l’Emploi et de la Protection sociale a lancé un important appel aux travailleurs : celui d’aller se faire vacciner dans les centres anti-Covid-19, disséminés partout dans la capitale économique du pays.

Il a, bien avant, salué la tenue desdites journées qui ont pour objectifs de promouvoir dans l’espace Inter-africaine de la prévention des risques professionnels (Iaprp), les bonnes pratiques acquises en matière de prévention des risques professionnels du fait de la crise sanitaire à Covid-19 (Japrp) ; et de favoriser la création et/ou l’investissement dans les systèmes de sécurité et de santé au travail résilients aux crises actuelles et futures (Jmssst). Mieux, il a « encouragé vivement les travailleurs à créer et maintenir un environnement de travail sain... ».

Denis Charles Kouassi, Directeur général de la Cnps, a, pour sa part, souligné que la célébration de ces événements, une tradition en Côte d’Ivoire depuis 1996, constitue une opportunité de réfléchir sur les thèmes proposés. A savoir : « Impat de la Covid-19 sur les activités de prévention des risques professionnels des organismes nationaux de santé et de sécurité au travail dans l’espace Iaprp » (Japrp) et « Anticiper, se préparer et répondre aux crises- Investir maintenant dans des systèmes de Sst résilients » Jmsst).

Il a, surtout, souligné, relativement au contexte, que selon un rapport de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire basé sur une enquête datant d’avril 2020, les répercussions de la pandémie de Covid-19 sur les entreprises sont prégnantes et se mesurent en terme de réduction du temps du travail, de baisse des ventes et des revenus, ainsi que de fermeture partielle (35,3%) ou totale (2,4%) d’entreprises. Ces données montrent, selon lui, à quelle enseigne la pandémie affecte les travailleurs, tant en Côte d’Ivoire que dans le monde entier. Au delà de ces impacts, la pandémie, a relevé Charles Kouassi, a mis en lumière la vulnérabilité des entreprises et surtout les limites des systèmes actuels de sécurité et de santé au travail. « Dans ce contexte, l’Oit invite ses partenaires à réfléchir, dans le cadre de la Jmsst, sur la nécessité de recourir à des systèmes de sécurité et de santé au travail capables de résister à des risques émergents, à travers les thèmes choisis.

De toute évidence, la Covid-19 continue de marquer sérieusement les esprits et les habitudes des populations, et des acteurs du monde du travail. Son impact sur les systèmes et les activités de sécurité et santé au travail, demeure un sujet préoccupant. C’est pourquoi, je reste convaincu que les conclusions et les recommandations qui émanent de ces travaux, permettront à tous les professionnels de la sécurité et de la santé au travail de procéder aux ajustements nécessaires de leurs politiques et programmes, afin de rendre résilients à toute crise actuelle et à venir », s’est-il convaincu.

Faut-il le noter, ces journées placées sous la présidence du ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, Me Adama Kamara et sous l’égide de l’Iaprp, se sont déroulées pendant deux jours : les 29 et 30 avril 2021.

 

Séverin DJAHA