Initiative Cacao et forêts : Des progrès importants enregistrés malgré une année 2020 compliquée

Société
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
initiative-cacao-et-forets-des-progres-importants-enregistres-malgre-une-annee-2020-compliquee Les entreprises et les gouvernements du secteur du cacao et du chocolat travaillent à la mise en œuvre des solutions axées sur les entreprises.

L’initiative Cacao et forêts (Icf) a enregistré plusieurs progrès malgré une année 2020 compliquée, en raison de la pandémie de la covid 19. C’est ce qui ressort du communiqué du relatif au rapport 2020 de l’initiative, dont Linfodrome a reçu copie ce jeudi 06 mai 2021.

Les acquis importants de l’initiative Cacao et forêts ont été énumérés. Il s’agit notamment de l’adoption par la Côte d’Ivoire d’un système de surveillance satellitaire national de la déforestation pour l’ICF, et du planting de près de 10 millions d'arbres en 2020, dans le but d'étendre la couverture forestière à 20 % du pays. Il y a également la restauration par le Ghana d’environ 226 000 hectares de forêt, soit 870 terrains de football par jour en 2020, grâce à des partenariats paysagers dans le secteur du cacao. Un autre point a été mentionné, c’est la distribution par des entreprises du cacao et du chocolat de 10,4 millions d'arbres forestiers depuis 2018 et l’atteinte de 82 % (Ghana) et de 74 % (Côte d'Ivoire) de traçabilité dans l'approvisionnement direct en 2020.

Le ministre ivoirien des Eaux et Forêts de Côte d'Ivoire, Alain-Richard Donwahi, a évoqué les défis à relever, dont ceux de la mobilisation des ressources financières, de la mise en place des systèmes nationaux unifiés de traçabilité du cacao et de surveillance des forêts et d'alerte précoce de la déforestation. Pour lui, ces systèmes doivent être assortis d'un mécanisme de suivi et de vérification. « Il s'agit d'un défi impératif à relever, eu égard aux pressions de plus en plus exigeantes des consommateurs du cacao et de la société civile en ce qui concerne la traçabilité des produits agricoles et forestiers exportés », a déclaré le ministre.

Ce 05 mai 2021 à Utrecht en Hollande, « les gouvernements et 35 entreprises de l'Initiative Cacao et Forêts (Icf) ont fait part des progrès réalisés pour mettre fin à la déforestation en Côte d'Ivoire et au Ghana, dans deux rapports conjoints des secteurs public et privé », indique la note.

Pour l’essentiel, les actions menées en 2020 ont consisté à développer davantage l'agroforesterie avec la distribution de 6 millions d'arbres non-cacaoyer par des entreprises du cacao et du chocolat en Côte d'Ivoire et au Ghana. « Cela porte à 10,4 millions le nombre total d'arbres forestiers fournis par le secteur privé depuis le lancement de l’Icf. Les entreprises investissent également dans la formation des producteurs à grande échelle afin d'améliorer les moyens de subsistance et de réduire les incitations à empiéter sur les forêts », précise-t-on.

Au total, les efforts des gouvernements ont porté sur l'application des cadres rénovés qui soutiennent la mise en œuvre de l’Icf. « Cela inclut des campagnes de sensibilisation au nouveau code forestier en Côte d'Ivoire, avec notamment la campagne "1 jour, 5 millions d'arbres" qui a planté un arbre pour cinq Ivoiriens. Pour développer davantage l'agroforesterie du cacao, 10 millions d'arbres sont actuellement en pépinière et seront distribués aux agriculteurs ivoiriens en 2021. La Côte d'Ivoire a pour objectif d'étendre la couverture forestière à 20% du pays d'ici 2030 (contre 11% en 2015) », a-t-on souligné.

Au Ghana, le gouvernement se concentre sur la mise en œuvre du programme REDD+ pour la forêt cacaoyère du Ghana (Gcfrp) et a restauré près de 226 000 hectares de zones forestières. « Des approches au niveau du paysage sont en cours de développement dans des zones prioritaires telles que AsunafoAsutifi, Bia-Juaboso, Kakum et Bibiani-Anwianso-Sefwi-Wiawso, en partenariat avec des entreprises, des organisations non gouvernementales et des communautés locales. Ce travail sera accéléré en 2021 grâce au partenariat récemment annoncé entre la Commission forestière du Ghana et la WCF », a-t-on fait savoir.

Samuel A. Jinapor, ministre des Terres et des Ressources naturelles du Ghana, a dit la fierté de son pays de diriger une « approche multipartite unique » visant à mettre fin à la déforestation et à la dégradation des forêts dans la chaîne d'approvisionnement du cacao. « Malgré les difficultés rencontrées en raison de la covid 19 en 2020, nous sommes heureux de présenter ce rapport d'avancement cumulatif qui reflète les efforts déployés par le gouvernement et les entreprises productrices de cacao et de chocolat pour conserver, protéger et restaurer notre forêt. À l'avenir, le gouvernement du Ghana restera pleinement engagé dans les processus de l’Icf et assurera un partenariat et une collaboration fructueux avec tous les partenaires », s’est-il réjoui.

En ce qui le concerne, Chris Vincent, Président Intérimaire de la Fondation mondiale du cacao (WCF), a expliqué que leur travail « en faveur d'un cacao positif pour la forêt est plus urgent que jamais ». Jonas Mva Mva, Directeur de programme Cacao à l'Idh, s’est pour sa part, félicité « des progrès réalisés par l'Initiative Cacao et Forêts en 2020 ».

Eddy BIBI