Abidjan

Malgré la mise en garde du ministre de la Construction : De gros risques d’écroulement sur des maisons dans le quartier Bessikoi à Angré

Publié le
malgre-la-mise-en-garde-du-ministre-de-la-construction-de-gros-risques-d-ecroulement-sur-des-maisons-dans-le-quartier-bessikoi-a-angre
Société

Le 25 avril 2021, le ministre Bruno Koné, ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, prévenait sur sa page Facebook en ces termes : « Les bâtiments qui présentent des risques à la construction ou des risques futurs à l’habitation vont être démolis.

La loi, désormais, impose que pour toute construction en Côte d’Ivoire, on ait recours à un architecte. Il faut réaliser les constructions dans les règles de l’art, avec des spécialistes. En dépit de tout ce qui précède, les constructions anarchiques d’immeubles, le manque de précaution et l’absence de sécurité pour les riverains se poursuivent.

En Zone 4 à Marcory, le lundi 17 mai 2021, aux environs de 11h, les échafaudages d’un immeuble de douze (12) étages en construction, se sont écroulés sur une résidence. Si ces riverains, à Marcory, ont eu plus de chance, ce n’est pas le cas de beaucoup d’autres, surtout à Cocody.

Le vendredi 12 mars 2021, dans le village d’Anono, ce sont au moins dix personnes, dont des élèves, qui ont été tuées ensevelies sous les décombres d’un immeuble de plusieurs étages en construction. Bien avant, un effondrement d’immeuble en construction a eu lieu, le 21 avril 2020, à la Riviera Abatta, où plusieurs autres personnes ont perdu leur vie, sous les décombres d’un bâtiment en construction.

Si rien n’est fait, dans un bref délai, d’autres bâtiments connaîtront le même sort et d’autres victimes pourraient être enregistrées, surtout en cette période de pluies, à Bessikoi, quartier en pleine expansion avec ses constructions hors normes. Il se peut que ce soit le cas des immeubles jumelés en construction dans la cité Oasis, quartier Bessikoi, non loin de l’hôtel Boston’s (dans les environs du Chu d’Angré). En effet, après les premières pluies, des fissures sont apparues sur les façades et une partie du bâtiment s’est légèrement penchée. Il n’en fallait pas plus pour faire fuir des riverains situés juste en bas. « Nous avons vu des fissures, aussi bien sur la clôture que sur les bâtiments. Les ouvriers, qui dormaient sur le chantier, ont décidé de partir chez eux. Ils reviennent tous les matins. Nous ne voulons pas prendre de risque, c’est pourquoi nous sommes partis », a indiqué un locataire.

Une villa achevée a été également abandonnée par son propriétaire. Car, un échafaudage s’est écroulé dans la cour, et des débris et gravats chutent régulièrement dans la cour. Cela a accentué le sentiment de peur d’être écrasé chez le propriétaire de la villa. Vivement que le ministre Bruno Koné jette un coup d’œil, aussi bien au quartier Oasis de Bessikoi que partout ailleurs, pour éviter des drames.

M’BRA Konan