Lutte contre le terrorisme

L’Académie internationale de Jacqueville inaugurée hier, Patrick Achi : « Nous protégerons nos peuples et leur avenir »

Publié le
l-academie-internationale-de-jacqueville-inauguree-hier-patrick-achi-nous-protegerons-nos-peuples-et-leur-avenir La Côte d'Ivoire est déterminée à lutter efficacement contre le terrorisme.
Société

L’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (Ailct) dont les travaux ont été lancés le 18 octobre 2018, sur le site de Mokogninrin, dans le village d’Abrebi, département de Jacqueville, a été inaugurée hier, jeudi 10 juin 2021, par le Premier ministre, Patrick Achi, en présence de Jean Yves Le Drian, ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères et du ministre d’État, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara. 

Au cours de cette cérémonie qui a enregistré la présence de plusieurs ambassadeurs de la sous-région, le Premier ministre, Patrick Achi, a estimé que cet établissement a pour vocation de faire front au terrorisme qui veut s’en prendre à l’âme du continent. « Face à la menace sombre et prédatrice qui plane sur le progrès de nos sociétés africaines, nous avons choisi de répliquer par l’audace, le courage et la coopération engagée des nations », a déclaré le chef du gouvernement ivoirien. Pour le Premier ministre, ce centre construit avec l’appui de la France, contribuera fortement à combattre la question du terrorisme qui devient de plus en plus virale sur le continent. «Nous savons tous à quel point la menace terroriste est une plaie pour nos continents dont les présents et les lendemains résonnent de promesse si forte alors que nous œuvrons chaque jour avec ténacité pour atteindre ce nouvel horizon de progrès pour nos sociétés, le terrorisme tente de percuter la bonne marche de nos nations et de consumer l’espoir de notre jeunesse », a-t-il déploré. «Nous ne céderons jamais face aux cohortesscélérates ; nous combattrons toujours ceux qui convoient la terreur au cœur des Hommes ; nousprotégerons nos peuples et leur avenir, pour qu’ils puissent respirer cette vie de paix et de sécurité, deprogrès et de liberté à laquelle ils aspirent tant», a encore dit le chef du gouvernement ivoirien.

Pour Jean Yves Le Drian, la responsabilité de tous est de combattre ensemble cet ennemi commun (le terrorisme) dont les exactions au Sahel concernent directement les continents européen et africain. «Nos partenaires africains peuvent compter sur le soutien de la France aussi bien en termes financiers que de coopération technique. L’internationalisation de l’Académie va se poursuivre. Il faut désormais que tous les acteurs de la région s’approprient pleinement cet outil exceptionnel tout en intensifiant leur engagement commun contre les groupes qui les menacent», a-t-il déclaré. «Le fléau du terrorisme n'est pas une fatalité ni en Afrique ni ailleurs, c'est une menace qu'il nous faut combattre, comme nous continuerons à le faire au Sahel et comme nous le ferons ici ensemble», a dit M. Le Drian. «Nous le faisons avec cohérence et pragmatisme, en mobilisant les meilleurs spécialistes dans des infrastructures optimales», a affirmé le chef de la diplomatie française. «Nous savons que notre responsabilité, c'est de combattre ensemble cet ennemi commun dont les exactions au Sahel nous concernent directement, car sur la carte des menaces, le Sahel est la frontière Sud de l'Europe et la frontière Nord des États du Golfe de Guinée», a-t-il mentionné. Selon lui, «c'est très précisément le sens et la vocation de l'Ailct (...) qui va pouvoir maintenant fonctionner à plein régime». «Telle que nous l'avons conçue ensemble, telle qu'elle existe aujourd'hui, l'Ailct est à la fois une école interministérielle des cadres, un centre d'entraînement et d'aguerrissement des unités d'intervention et un institut de recherche stratégique», a-t-il expliqué.  «Avec l'appui de la France, des Européens, de la communauté internationale, les États de la région doivent intensifier leur coopération militaire, leur coopération sécuritaire et leur coopération judiciaire» et «en agissant avec la même énergie et la même exigence sur l'ensemble du spectre du contre-terrorisme», selon Jean-Yves Le Drian.

Il a précisé que l'Ailct devait accueillir et former «policiers, militaires, gendarmes, magistrats ou encore douaniers et personnels des administrations pénitentiaires», mais que « c'est également un lieu d'échanges où ils pourront mettre en commun leur expérience et tisser des réseaux dont la valeur ajoutée ne manquera pas de se faire sentir en ces temps de crise». «Il faut désormais que tous les acteurs de la région s'approprient pleinement cet outil exceptionnel, tout en intensifiant leur engagement commun contre les groupes qui les menacent », a-t-il ajouté.

Le ministre d’État, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara, a expliqué que cet ouvrage, la première tranche, permettra le démarrage des activités d’entraînement, de formation des cadres et de réflexion stratégique sur un site adapté. Ce site, a-t-il indiqué, a une contenance de 1.100 hectares avec des réalisations d’environ 15 milliards de F cfa. Elles permettent d’accueillir une structure de direction, d’assurer simultanément trois stages de formation de 25 stagiaires, d’entraîner des unités dans le contre terrorisme en milieux urbain et rural, du tir et de la protection rapprochée.

 

Cyrille DJEDJED