Bepc et  Bac : Le spectre de la fraude plane, des enseignants sans salaires depuis des mois

Société
Publié le Source : Soir info
bepc-et-bac-le-spectre-de-la-fraude-plane-des-enseignants-sans-salaires-depuis-des-mois Le Synesci a lancé un appel pour éviter la fraude.

Les examens à grand tirage sont là avec, dans l'enseignement secondaire, les épreuves orales du Brevet d'études du premier cycle (Bepc) qui ont démarré, le mercredi 9 juin 2021. Dans ce cadre,  le jeudi 10 juin 2021, le Secrétaire général (Sg) du Synesci, Ekoun Kouassi, dans une note dont nous avons reçu copie, a attiré l'attention de la ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Koné Mariatou, sur la situation des enseignants contractuels.

« Cela fait 2 mois qu'ils sont sans salaire. Ils ont même entamé le 3e mois. Ce n'est pas normal. Surtout en cette période où le ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation a besoin de tous les enseignants pour des examens réussis et apaisés, il urge que nos collègues contractuels abordent ces examens dans de bonnes conditions. Je plaide donc auprès de Son Excellence Monsieur le Premier ministre Patrick Achi, pour que de façon diligente, je dirai même qu'avant le début des épreuves écrites du Bepc, nos collègues contractuels soient invités à percevoir leurs deux mois d'arriérés.  Cet acte pourrait contribuer aussi à la lutte contre la fraude. Je dis bonne chance à tous les candidats et j'espère voir les deux mois d'arriérés des contractuels payés, incessamment. Merci aux enseignants, aux candidats et aux parents d'élève ». C'est par ces mots qu'il termine son message.

Mais avant, en tant qu'enseignant, il a tenu à exprimer sa joie et sa satisfaction de constater que ses collègues et lui aient pu achever les programmes pour arriver aux examens de fin d'année. « En ma qualité de Secrétaire général du Synesci, je voudrais féliciter les enseignants pour la conscience professionnelle qui les anime et, surtout, pour ces efforts qu'ils font pour achever les programmes mettant ainsi nos apprenants dans de bonnes conditions pour aborder ces examens. Les enseignants travaillent dans des conditions extrêmement difficiles, mais ils parviennent à achever les programmes. Je dis bravo chers collègues. C'est l'occasion en cette période d'examens, c’est-à-dire du Bepc et du Baccalauréat, de rappeler à mes collègues que nous avons aussi le devoir de lutter contre la fraude. Je les invite à plus de rigueur et de conscience professionnelle. Prenons l'engagement de ne pas voir d'enseignants plongés dans un quelconque cas de fraude, mais plutôt de la combattre », a-t-il noté. Par la suite, il s'est adressé aux candidats, en ces termes : « Je voudrais leur souhaiter bonne chance et leur dire qu'ils ne cèdent pas à la panique. Qu'ils s'éloignent de toute tentative de fraude. C'est prendre des risques inutiles. Qu'ils sachent qu’ils seront simplement évalués sur ce qu'ils ont vu en classe. Donc si tu as été un élève assidu toute l'année, tu n'as rien à craindre. Tu seras admis sans tricherie. Je les exhorte donc à  bouter la tricherie de leur esprit ».

Il n'a pas oublié les parents à qui il a demandé de rester loin des centres d’interrogation et de composition. « Nous les attendions durant toute l'année scolaire,  ils ne se sont jamais présentés. Ce n'est donc pas le moment de rôder autour des lycées et collèges. Qu'ils fassent confiance à leurs enfants ».

Dominique FADEGNON