Abidjan

Koumassi : Voici le propriétaire des magasins construits par Cissé Bacongo, les précisions de l’Honorable Sangaré Yacouba

Société
Publié le Source : Linfodrome
koumassi-voici-le-proprietaire-des-magasins-construits-par-cisse-bacongo-les-precisions-de-l-honorable-sangare-yacouba

Au cours du deuxième conseil municipal de la mairie de Koumassi tenu, le jeudi 10 juin 2021, l’Honorable Sangaré Yacouba, président de la commission économique, financière et domaniale a fait des précisions sur les magasins construits dans la commune par le maire Cissé Ibrahima Bacongo, non sans lever le voile sur le coût et leur propriétaire.  

Plusieurs points étaient inscrits, le jeudi 10 juin 2021, à l’ordre du jour de cette réunion du deuxième conseil municipal de la mairie de Koumassi. Il s’agit entre autres de la lecture et adoption du procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal du jeudi 11 février 2021, la communication du procès-verbal de la municipalité en date du 20 mai 2021, l’examen et l’adoption du Compte Administratif du Maire de l'exercice 2020, l’examen et adoption des états d'exécution des recettes et des dépenses au 1er trimestre 2021, le point des travaux dans la commune et divers.

Sur le 5ème point relatif au point des travaux dans la commune, l’Honorable Sangaré Yacouba, par ailleurs président de la commission économique, financière et domaniale de la mairie de Koumassi a fait des précisions sur les magasins construits par le maire Cissé Ibrahima Bacongo. A l’en croire, « Bacongo n’a pas un centimètre carré de magasin à Koumassi ». « Je mets n’importe qui au défi. Moi qui vous parle, je suis le président de la commission économique, financière et domaniale à la mairie. Je n’ai pas un centimètre carré de magasin pour moi. Bacongo n’a pas un seul magasin, il n’est pas commerçant, il n’a pas de magasin, il n’a rien construit pour lui-même. Vous pouvez vérifier. Toutes les conventions sont là, signées légalement. Tout ce qu’on fait comme ouvrage va revenir à la mairie. A la fin de la convention, si c’est 10 ans, l’ouvrage revient à la mairie de Koumassi, mais pas à Bacongo. C’est transparent, c’est limpide, c’est vérifiable », a-t-il clarifié.  

Concernant les magasins que certains trouvent chers, le député Sangaré Yacouba a laissé entendre qu’il n’y a pas de prix standard pour les magasins. « Les prix dépendent d’abord de la nature de l’activité. Nous avons regroupé les activités par thème. C’est de façon thématique que les activités sont organisées à Koumassi. Les magasins de quincaillerie ne sont pas au même coût que ceux des couturières, tailleurs ou des coiffeuses…Avant de prendre le marché, l’opérateur sait dans quoi il s’engage. C’est sur cette base qu’il fait sa convention. Quelquefois, on va au-delà du délai légal de 10 ans. On a concédé jusqu’à 20 ans à certains opérateurs compte tenu du fait qu’ils n’allaient pas gagner grand-chose sur les clients. Mais ils peuvent rattraper cela sur la durée. Ce n’est pas très légal, mais on ferme les yeux dessus », a-t-il souligné.

Les pas de porte ou coût des magasins

Et l’Honorable Sangaré Yacouba d’expliquer que les opérateurs ayant investi dans la construction de magasins doivent amortir le coût de leur investissement. « Les opérateurs qui viennent investir à Koumassi ne sont pas venus comme ça parce qu’ils ont entendu le nom de Koumassi. Quand nous sommes arrivés à la mairie, nous avons organisé un forum ‘’Investir à Koumassi’’. On a fait beaucoup de tapage autour de ce forum. C’était pour attirer les opérateurs vers Koumassi. Mais leur investissement a un coût qu’il faut amortir. Ce ne sont pas des philanthropes. Ils investissent pour gagner un bénéfice après. C’est tout cela qu’il faut regarder pour relativiser les choses », a-t-il fait savoir, avant de comparer les pas de porte (cautions) des magasins de Koumassi à ceux d’Adjamé : « C’est vrai, les pas de porte sont chers. 2 millions, ce n’est pas à la portée de n’importe qui. Mais nous ne vivons pas en vase clos. Nous sommes en communication avec les autres communes. Par exemple, la commune d’Adjamé, sur le Boulevard Nangui Abrogoua, le pas de porte le plus bas fait 10 millions. Parce ce que la demande est forte. Nous sommes dans la loi de l’offre et la demande. Mais à Koumassi, le maire intervient quelquefois au détriment des opérateurs qui ont investi leur argent. D’autorité, il dit vous ne pouvez pas pratiquez ce prix-là, vous devez baisser encore. Il y a beaucoup de cas comme ça où le maire est intervenu pour faire baisser les loyers alors qu’en réalité, il n’a pas ce droit-là. Parce que l’opérateur est venu investir. Il met les magasins en louage. Il discute avec ses clients. S’ils tombent d’accord, il loue son magasin. S’il n’y a pas de preneur, il va baisser les prix. Le maire n’a pas le droit d’intervenir pour faire baisser les prix, mais il le fait quand même parce qu’il se soucie beaucoup des populations ».

Des magasins offerts gracieusement aux populations par le maire Cissé Bacongo

A côté des magasins construits par les opérateurs privés, d’autres sont construits par la mairie de Koumassi et offerts gracieusement aux populations. « Le maire a gratuitement offert des magasins. Je prends l’espace dénommé ‘’Fruits et légumes’’. Cet espace a été construit par le maire lui-même. Il y a près de 80 magasins là-bas. Il n’a pas pris 5 francs à une seule femme. C’est gratuit. Il n’y a pas de pas de porte, il n’y a pas de loyer à payer. Vous vous installez et vous payez seulement vos taxes à la mairie comme tous les commerçants », a dit le député Sangaré Yacouba.

Il a ajouté que le maire Cissé Bacongo a également offert gracieusement d’autres magasins aux populations à la Sogefiha. « Il y a aussi à la Sogefiha, au maquis O’Bété. Il a fait 27 magasins là-bas. Personne n’a payé 5 francs. Mieux, les abonnements d’eau et d’électricité, c’est la mairie qui a payé à la place des commerçants. Il n’y a pas de pas de porte à payer ni de loyer à payer. Des actions de ce genre, il y en a plein. Mais ce qui est fait par les opérateurs, il n’a pas un droit sur ça. C’est la loi de l’offre et de la demande. Vous discutez, si vous tombez d’accord, vous prenez, sinon vous partez chercher ailleurs », a-t-il rappelé, précisant que le maire veut certes faire du social parce qu’il se préoccupe des populations, mais il faut également tenir compte des opérateurs privés qui investissent dans la construction des magasins : « Nous voulons faire du social, on se préoccupe beaucoup de la population, mais n’oubliez pas aussi que ceux qui investissent vivent de leur investissement »

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.