Bepc 2021 : 4 enseignants fraudeurs épinglés aux épreuves orales

Publié le
bepc-2021-4-enseignants-fraudeurs-epingles-aux-epreuves-orales La détermination de la ministre Mariatou Koné à lutter contre la fraude et la tricherie est clairement affichée.
Société

La fraude et la tricherie font partie des maux qui minent le système éducatif ivoirien. Depuis sa nomination à la tête du ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation (Mena), le professeur Mariatou Koné n’a de cesse d’appeler à la responsabilité de tous les membres de la communauté éducative.

Au cours de la cérémonie de lancement des examens à grand tirage, le vendredi 4 Juin 2021, elle a une nouvelle fois exhorté cette communauté à s’éloigner de la fraude et de la tricherie pour que ces évaluations se déroulent en toute transparence. Le mode d’ordre en vigueur est la tolérance zéro. Malgré ces appels et cette mise en garde, des enseignants se sont rendus coupables d’actes indélicats lors des épreuves orales du Bepc.

Ces cas de fraude, avec extorsion de fonds aux candidats ont été constatés dans les communes de Marcory et d’Abobo ainsi que dans la ville de Danané. Conformément aux mesures annoncées par la ministre, leurs auteurs qui ont été identifiés et subiront non seulement la rigueur de la loi mais, s’exposent à des mesures disciplinaires pouvant aller jusqu’à leur radiation de la Fonction publique.

Le cas le plus retentissant est celui de la commune de Marcory, largement relayé sur les réseaux sociaux. L’enseignant fraudeur, répondant aux initiales de KKS, est fonctionnaire et professeur de collège rattaché à la Direction régionale de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation d’Abidjan 2. Ce dernier se serait rendu coupable d’extorsion de fonds suivi d’intimidation des élèves candidats à l’oral d’anglais du Bepc session 2021. Ces cas de fraude recensés et la détermination de la ministre Mariatou Koné, doivent une fois encore interpeller l’ensemble de communauté éducative à s’inscrire résolument dans la dynamique de la transparence et de l’équité.

 

Franck SOUHONE avec Sercom