Côte d’Ivoire : Les employés de l'ex-Air Afrique réclame 6 milliards Fcfa de droits

Société
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
cote-d-ivoire-les-employes-de-l-ex-air-afrique-reclame-6-milliards-fcfa-de-droits Le personnel ivoirien de Air Afrique réclame 6 milliards de Fcfa à l'Etat de Côte d'Ivoire (Ph : DR)

Le personnel ivoirien de l'ex-compagnie multinationale Air Afrique réclame 6 milliards de Fcfa à l'Etat de Côte d'Ivoire au profit de 867 agents et leurs familles.

Selon le porte-parole du Comité de suivi des droits du personnel ivoirien de l'ex-compagnie multinationale Air Afrique, Boniface Boyou, 867 agents réclament 6 milliards de Fcfa à l'Etat de Côte d'Ivoire.

« Nous réclamons 6 milliards de Fcfa à l'Etat ivoirien" au profit de "867 agents et leurs familles », a-t-il déclaré ce jeudi à Abidjan en indiquant que les ressortissants ivoiriens ne sont pas les seuls créanciers de l'ex-compagnie Air Afrique.

La justice a condamné l'Etat de Côte d'Ivoire à payer 9 milliards Fcfa au syndic liquidateur et le Comité de suivi des droits du personnel réclame 6 milliards de Fcfa.    

M. Boyou a fait savoir au cours de l'Assemblée générale qu’ « actuellement, tout le dossier est bouclé et se trouve à l'Agence judiciaire du trésor qui est un service du ministère de l'Économie et des finances ».

Suite à des velléités de manifestations, le Comité a été reçu le 2 juillet 2021 par le directeur de Cabinet du ministre des Transports qui à en croire M. Boyou, leur a demandé de se "tranquilliser" et qu'ils allaient être "payés au plus tard le 15 août 2021".

Lire aussiJO 2021 : Voici pourquoi la Guinée a refusé d’aller à Tokyo

Quant au directeur de Cabinet du ministre des Transports, il a rassuré que cela devrait être fait "le temps de lever tous les obstacles qui entourent le dossier", a rapporté M. Boniface Boyou, en marge de l'Assemblée générale.     

« La  compagnie a été liquidée depuis 2002 et jusqu'à ce jour, nous n'avons pas reçu nos droits et nos soldes de tout compte et les droits sociaux » a-t-il poursuivi, ajoutant que c'est dans cette "misère" que le Comité voudrait rappeler l'ordre de paiement donné par le chef de l'Etat depuis février 2016.

 

Yves Leroy