Sécurité et sûreté aériennes : Des révélations sur les causes des accidents d'avions

Publié le
securite-et-surete-aeriennes-des-revelations-sur-les-causes-des-accidents-d-avions Les experts de la sécurité de l’aviation partagent leurs expériences.
Société

Les aéroports africains de manière général et plus spécifiquement ceux de la zone de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) doivent être conformes aux exigences et normes internationales en vigueur. Tel est l'objectif poursuivi par l’atelier de formation des experts de l'Uemoa dans les domaines de sécurité et de sûreté qui se tient à Abidjan-Port-Bouët, du lundi 26 au vendredi 30 juillet 2021. À l'occasion, des révélations ont été faites sur les causes des accidents d'avions.

Intitulée : « Formation pratique en cours d’emploi (Ojt : on-the-job training) des acteurs de la mise en œuvre du nouveau format de compte rendu des conditions de piste sur les aérodromes », ce séminaire vise à permettre aux Etats membres de l’Uemoa de se conformer aux réglementations internationales qui portent sur les conditions des surfaces des pistes des aérodromes. De manière plus simple, il s’agira durant ces 5 jours de donner les rudiments nécessaires à la cinquantaine d’experts présents à cet atelier en vue de leurs permettre de procéder à l’évaluation et à la communication de l’état des surfaces des pistes des aéroports de leurs différents pays, conformément aux recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci).

Gustave Diasso, représentant résident du bureau Uemoa en Côte d’Ivoire a estimé que ce processus est d’autant plus important qu’une fois en application, il servira à maîtriser sinon réduire les accidents des aéronefs, car dira-t-il, l’état des pistes compte pour « 25% des risques d’accidents ». « La présente formation vient permettre de tester l’efficacité des procédures opérationnelles de compte rendu des conditions de piste sur les aérodromes, de familiariser les acteurs et de maîtriser l’utilisation des moyens d’évaluation et de diffusion du rapport sur l’état des pistes », a-t-il expliqué.

Siramane Kouadio, directrice de la sécurité et du suivi de la conformité de l’Autorité nationale de l’avion civile (Anac), qui représentait son directeur général, Sinaly Silué a salué cette initiative sous-régionale. Par ailleurs, elle a marqué la disponibilité et la volonté de l’Etat de Côte d’Ivoire, à travers l’Anac, à se soumettre aux normes et exigences internationales. Elle a aussi exhorté les participants à donner le meilleur d’eux afin de mieux appréhender ce nouvel outil mis à leur disposition. « Pour l’Anac, cette formation vient pour se conformer aux exigences de l’Oaci. Car vous le savez, nous avons pour mission de superviser les exploitants des aérodromes. Par cette formation, nos exploitants auront les connaissances, les expertises nécessaires. Quant à nous, nous nous assurerons que cette exigence de l’Oaci soit respectée », a indiqué Mme Kouadio.

La directrice a prodigué des conseils aux participants, les invitant à suivre et faire appliquer dans leurs pays les notions qui leurs seront communiquées. « Le séminaire vous permettra non seulement de consolider les connaissances acquises sur la mise en œuvre du Grf (Global reporting format), mais également, à travers les séances pratiques, de vous doter d’outils supplémentaires nécessaires au suivi des activités qu’exige la multiplicité des interfaces », a-t-elle fait savoir.

Pour sa part, le directeur général de la Société d’exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologue (Sodexam), Jean Louis Moulot, s’est réjoui de la tenue de cet atelier.


Venance AKA