Filets sociaux productifs : Myss Belmonde Dogo au contact des bénéficiaires

Société
Publié le Source : Linfodrome
filets-sociaux-productifs-myss-belmonde-dogo-au-contact-des-beneficiaires Myss Belmonde Dogo s'imprègne des réalités des bénéficiaires du projet filets sociaux productifs(PhDr).

La ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté Myss Belmonde Dogo a rendu visite à certains bénéficiaires du projet filets sociaux productifs dans les communes de Koumassi et Port-Bouët. C'était des bénéficiaires heureux qui ont accueillis la ministre ce lundi 2 août 2021.

Les quartiers Koumassi campement où vit Kouè Lou Irié Léontine et Aklomiabla où habite Glofiehi Désiré Armand ont reçu la visite de la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté Myss Belmonde Dogo. Elle y était pour mieux s’imprégner des réalités du projet filets sociaux productifs lancé par le gouvernement ivoirien depuis mars 2017.

Koué Lou Irié Léontine en a bénéficié ce qui lui a permis d’étendre son commerce. De la vente de piments, elle est passé à la vente de plusieurs autres denrées de premières nécessités. Cette femme, avec huit enfants à sa charge, n’entend pas s’arrêter en si bon chemin.

Idem pour Glofiehi Désiré Armand, qui est passé de chômeur à chef d’entreprise. Il est en effet propriétaire de son propre salon de coiffure ainsi que d’une cabine téléphonique. Et ceci avec le financement des filets sociaux productifs.

Après la commune de Koumassi, la ministre Myss Belmonde Dogo a mis le cap sur celle de Port-Bouët précisément dans le quartier Jean-Foly.  Là-bàs, Doli Volima, vendeuse, a traduit sa gratitude à l’égard du gouvernement. Elle n’a pas manqué par ailleurs de solliciter une aide supplémentaire afin d’agrandir son activité. D’autres dames ont été reçu le passage de la ministre Myss Belmonde Dogo à Jean-Foly. Ce sont Sahin Emma et Fofana Sere épouse Loukou qui également entrepris dans le commerce pour subvenir aux besoins de leurs différentes familles.

La ministre Belmonde Dogo s’est réjoui de résultat de ce projet et a félicité les bénéficiaires qui ont effectivement su profiter de ce soutien financier. Elle a réitéré le but même de ce projet. Celui de lutter contre la pauvreté en Côte d’Ivoire.

Notons que cette une somme de 144 000Fcfa par an repartie en 36 000Fcfa chaque trimestre que perçoit chaque bénéficiaire sur trois ans.

Le projet filets sociaux productifs a bénéficié pour la période 2015-2020 d’un financement initial de la Banque mondiale de 29,5 milliards de FCfa, et en 2019 d’un financement additionnel de 58,4 milliards de FCfa pour la période 2015-2024.

Alain Zadi