Assistance du gouvernement aux déplacés dans le Bounkani : Les réfugiés burkinabè saluent l’élan de solidarité des Ivoiriens

Publié le Modifié le
assistance-du-gouvernement-aux-deplaces-dans-le-bounkani-les-refugies-burkinabe-saluent-l-elan-de-solidarite-des-ivoiriens Les ressortissants burkinabè réfugiés en Côte d'Ivoire ont traduit leur reconnaissance aux populations et membres du Gouvernement. (Ph: DR)
Société

La menace terroriste à la frontière ivoiro-burkinabè a favorisé, depuis plusieurs mois, un afflux massif de populations en provenance du Burkina Faso dans la région du Nord-est de la Côte d’Ivoire. Ces personnes ayant fui les attaques, racontent leur calvaire dans leur localité d’origine et salue l’hospitalité des populations de la région du Bounkani ainsi que le soutien du gouvernement ivoirien.

Depuis le 14 mai 2021, Hien Sansan François, ressortissant burkinabè et habitant de Alidougou, localité située à 7 kilomètres de la frontière ivoirienne se retrouve avec sa famille dans le village de Bolè (département de Téhini), en raison des menaces terroristes. « Nous avons reçu le 12 mai dernier la visite des terroristes dans notre village. Ces derniers nous accusaient de communiquer aux forces de l’ordre leur présence dans notre localité et nous ont intimé l’ordre de quitter le village au risque d’être tous exterminés » a-t-il confié. Selon lui, la pression exercée par ces groupes armés a amené tous les habitants à déserter le village. « Nous étions obligés de fuir nos maisons sans récupérer nos affaires. C’est ainsi qu’à travers une connaissance à Bolè, nous avons eu la chance d’être hébergés, ma famille et moi » a-t-il précisé.

Hien Sansan François s’est, par ailleurs, réjoui de l’accueil des autorités régionales et des populations. Ayant bénéficié des vivres et non vivres de la part des cadres de la région, il a confié que ce geste lui a permis d’assurer pendant une longue période le quotidien de sa famille.

Pour permettre de faire face à ces charges familiales, il décide de s’adonner à des travaux champêtres. « Aujourd’hui, cette activité me permet de me réaliser en attendant que les conditions soient réunies pour retourner dans mon pays d’origine » a-t-il indiqué.

Quant à Mamadi Sankara, un autre ressortissant burkinabè, réfugié dans la sous-préfecture de Tougbo pour les mêmes raisons, il a salué fortement l’action humanitaire posée par le Gouvernement à Téhini. « Nous ne nous attendions pas à cette visite des membres du Gouvernement et surtout à ces dons de kits alimentaires, et des produits médicaux faits à notre égard. Cela témoigne de l’hospitalité de la Côte d’Ivoire et prouve que le Président de la République se soucie de notre situation » a-t-il fait savoir.

La ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo a traduit ses vives félicitations aux populations qui ont exprimé en premier la solidarité ivoirienne en acceptant d’ouvrir les portes de la Côte d'Ivoire à leurs frères et sœurs en détresse en provenance du Burkina Faso, en les accueillant dans leurs villages et enleur offrant gîtes et couverts.


Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Vagondo Diomandé, chef de la délégation ministérielle, a rassuré les populations sur le renforcement de la sécurité transfrontalière. Il a informé ces populations déplacées que des dispositions idoines seront prises avec l’appui du Haut-Commissariat pour les réfugiés afin de faciliter leur retour dans leur pays d’origine.

I.B. (Avec sercom)