Côte d'Ivoire

Ivoire Road Trip : San Pedro, Korhogo, Daloa, Divo et Daoukro, l’enjaillement aux quatre coins du pays

Société
Publié le Source : Linfodrome
ivoire-road-trip-san-pedro-korhogo-daloa-divo-et-daoukro-l-enjaillement-aux-quatre-coins-du-pays Les artistes Yodé et Siro lors de leur prestation à Port Bouet

2088, c’est le nombre total de kilomètres parcourus de San Pedro à Korhogo en passant par Daloa, Divo et Daoukro. Plus de 200 localités traversées et savourées, des échanges culturels enrichis avec 5 différents peuples et groupes ethniques, ainsi que des visites guidées d’une dizaine d’icônes culturo-touristiques ivoiriennes.  C’est ainsi que s’est déployé durant un mois, le Road Trip organisé par Brassivoire et sa marque Ivoire afin d’offrir le meilleur de l’enjaillement aux populations de l’intérieur du pays.

Du Mont Korhogo dans le Péleforo, au splendide Tabaoulé de Grand-Bereby en pays Kroumen, en passant par le célèbre marché artisanal logé dans la Cité des antilopes, le village des palmiers établi dans le Lôh Djiboua et enfin le mythique Pont Abla Pokou surplombant l’Iffou, aucun site n’a échappé à la soif de connaissances touristiques des candidats à l’enjaillement. 

Pour sa 1ère phase à l’intérieur du pays, Ivoire Road Trip a incontestablement démocratisé l’enjaillement. Toutes les villes ayant accueilli cette caravane ont reçu chacune 3 heures de concerts gratuits donnés par chacun des ambassadeurs de la marque Ivoire. Yodé & Siro d’un côté et Serge Beynaud de l’autre, ont servi d’inoubliables shows aux amateurs du Zouglou et du Coupé-Décalé vivant hors d’Abidjan ; et ce, dans une ambiance inédite renouvelée tout le long du parcours.

Les agents opérant en ces différents lieux ont perçu avec joie les retombées économiques de cette opération. Réceptifs hôteliers, maquis, restaurants, stations-services, établissements de beauté, transporteurs… Bref toute la chaine s’est arrogée de nombreux nouveaux consommateurs supplémentaires par étape en raison de 3 jours pleins (jeudi-vendredi-samedi) de consommation.

Les plus heureux sont sans doute la cinquantaine de Fans de la marque Ivoire. Il faut dire qu’un jeu a été organisé en marge de la campagne Ivoire Road Trip sur les réseaux sociaux et a permis à 50 gagnants, de participer gratuitement aux 5 étapes de l’Ivoire Road Trip grâce à Ivoire, leur marque préférée.

Fidèle à sa politique de Développement Durable dénommée « Brassons un Monde Meilleur » basée sur les 3 piliers que sont l’économie, le Social et la Consommation Responsable, Brassivoire a permis à de nombreuses localités de bénéficier des retombées de ce Road Trip, aussi bien sur le plan environnemental que le plan socio-économique.

En plus de générer des emplois directs et indirects, le caractère particulier de cette belle initiative de cette brasserie se traduit par le planting d’arbres par les Road Tripers à la réserve botanique de Divo, les dons remis aux populations, les distributions de gadgets commerciaux ainsi que le renforcement des capacités opérationnelles de plusieurs dizaines de points de vente (Pdv).

C’est le jeudi 26 août que le sublime bus aux couleurs d’Ivoire, estampillé « On connait chez nous ! » et transportant les aventuriers d’Ivoire Road Trip a quitté Abidjan pour San Pedro. Le dimanche 26 septembre dernier, la caravane a donné son ultime coup de moteur après la dernière étape de Daoukro.

La brasserie et sa marque Ivoire ont ainsi concocté et mis en œuvre tout un mois d’activités pour marquer une fois de plus son engagement inconditionnel au service de la culture, du tourisme et du bien-être économique et social des populations ivoiriennes.

Après l’intérieur du pays, place maintenant au Babi Trip, qui fera cette fois la tournée à travers plusieurs communes d’Abidjan. L’enjaillement est donc de retour à Port Bouet qui a accueilli la première étape le 15 octobre 2021 avec en attraction Serge Beynaud, le groupe YeS et les Zouglou Makers. Le Terrain « Terre rouge » de Gonzagueville était en ébullition, car avec Ivoire, « ça va faire mal », l’enjaillement ne finit pas ainsi que les belles surprises.

 

Adolphe Angoua