Classement des universités africaines : La Côte d’Ivoire retrousse ses manches, les annonces d’Adama Diawara

Société
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
classement-des-universites-africaines-la-cote-d-ivoire-retrousse-ses-manches-les-annonces-d-adama-diawara La Côte est résolument engagée sur le chemin vers un meilleur classement dans le top 30 des universités africaines.

Sur la question du classement des universités africaines, la Côte d’Ivoire a décidé de retrousser ses manches pour figurer en bonne place dans « le top 30 ». Une volonté marquée par l’organisation d’un l'atelier de réflexion sur le ranking (classement) des universités africaines, dont l’ouverture a eu lieu au Radisson Blu hôtel à Port-Bouët, mercredi 20 octobre 2021.

Il s’agit d’une importante initiative du Fonds pour la science, la technologie et l’innovation (Fonsti) et du Programme d’appui stratégique à la recherche scientifique (Pasres), soutenue par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara, entre autres. L’objectif à court terme de cet atelier est de « parvenir à mettre en place un système de classement national annuel entre les établissements publics d’enseignement supérieur, basé sur les performances managériales, scientifiques et technologiques ».

 

Un système d'évaluation dès 2022

Le ministre a dévoilé l’ambition de la Côte d’Ivoire d’intégrer le « top 30 » du classement des universités africaines dans les années à venir. Pour y arriver, Adama Diawara a annoncé de grandes mesures et des réformes majeures en cours, qui entreront en vigueur dès 2022.

Parmi ces réformes, il a évoqué l’évaluation des universités et grandes écoles privées de Côte d’Ivoire. « On ne va pas s’arrêter aux établissements privés. Il va falloir le faire pour les établissements publics. Nous allons mettre en place ce qu'il faut pour corriger cette anomalie (le mauvais classement de la Côte d’Ivoire au niveau africain et mondial, ndlr) », a garanti le premier responsable de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique en Côte d’Ivoire.

Adama Diawara a indiqué qu’un « document de référence » sortira au terme de cet atelier de réflexion sur le classement des universités africaines, vendredi 22 octobre 2021 à Grand-Bassam. Ce document de référence permettra de guider désormais les universités ivoiriennes dans leur marche vers un classement honorable sur le continent africain et mondial.

 

Organismes subventionnaires de la recherche

Pour sa part, Dr. Sangaré Yaya, secrétaire général du Fonsti a insisté sur les attentes de l’atelier. Il a fait comprendre aux universités ivoiriennes qu’il faut changer pour arriver à un meilleur classement en Afrique. « Dans le souci de remédier à cette situation, nous souhaitons, en tant qu’organisme de financement de la recherche et de l’innovation, apporter notre modeste contribution à la réflexion pour définir des stratégies et actions qui pourraient aider nos universités à améliorer leurs performances et leur positionnement », a déclaré Dr. Sangaré Yaya.

Il a traduit sa conviction dans le fait que « les organismes subventionnaires de la recherche comme le Pasres et le Fonsti, ont un rôle éminent à jouer dans l’amélioration de la compétitivité des institutions universitaires ».

Recettes pour un bon classement


L’ambassadrice de Suisse en Côte d'Ivoire, Anne Lugon-Moulin, a quant à elle, partagé quelques stratégies qui permettent aux universités Suisses d'avoir un bon classement au niveau mondial. Elle cité notamment le soutien clé du secteur privé aux universités, l’engagement fort de l’État et la collaboration sur les programmes de recherche avec d’autres pays partenaires.

L’ambassadrice s’est également réjouie de l’excellence des relations avec la Côte d'Ivoire, 60 ans de relations diplomatiques et 70 ans de relations scientifiques.

 

Eddy BIBI