Vente de faux matériaux de construction : Issiaka Diaby traduit des présumés faussaires en justice

Publié le Modifié le
vente-de-faux-materiaux-de-construction-issiaka-diaby-traduit-des-presumes-faussaires-en-justice Issiaka Diaby s’est engagé dans une traque contre les faussaires du secteur de la construction.
Société

Issiaka Diaby, le président du Collectif des victimes de Côte d'Ivoire (Cvci), veut mettre hors d’état de nuire tous les faussaires du secteur de la construction. Cela dans le cadre de sa lutte contre la commercialisation des faux fers à béton en Côte d’Ivoire.

Le président du Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (Cvci), s'est constitué en partie civile, et avec lui, des ex-employés de certaines sociétés de fabrication de fers à béton.

 

Issiaka Diaby a également assigné en justice des dirigeants de certaines entreprises opérant dans le secteur de la production, la distribution et la commercialisation des fers à béton. L’information a été donnée dans un document dont Linfodrome a reçu copie, mercredi 10 novembre 2021.

 

Invités à comparaître devant le parquet, ce mercredi 10 novembre 2021, à 8 heures, C. H. K. et C. W, tous deux responsables dans une entreprise de fer à béton, ont brillé par leur absence. Seuls Issiaka Diaby et les ex-employés de ladite entreprise, contre laquelle la plainte a été portée, ont répondu à la convocation des juges du tribunal de Yopougon.

 

Au terme de l’audition, le président du Cvci a fait savoir que l’affaire a été renvoyée au 24 novembre 2021. A l’occasion, Issiaka Diaby a réaffirmé son engagement à lutter dans le but d’assainir le secteur de la construction. « Nous sommes venus en tant que partie civile donc victimes comme plusieurs ivoiriens, de la mauvaise foi de certains opérateurs économiques qui n’hésitent pas à mettre la vie de nos concitoyens en danger en mettant sur le marché du fer à béton de mauvaise qualité », a-t-il expliqué.

 

Pour lui, ce secteur d’activité est l’une des principales causes des écroulements de maisons à Abidjan. Issiaka Diaby a regretté que ces effondrements de maisons devenus un phénomène récurrent ces dernières années, aient occasionné la mort de plusieurs ivoiriens.

 

Le président du Cvci a souligné qu’en tant que défenseur des droits de l’Homme, il était important pour lui de prendre à bras le corps cette préoccupation d’intérêt national.

 

Eddy BIBI